Le cadavre...?

Publié le par Eglantine Nalge

Le cadavre...?

Partie 2 ( programmée)

Dans ce train matinal beaucoup d’animation, alors qu’on pourrait imaginer que seul le Sud « monte » travailler à Paris mais en fait il « descend » pratiquement autant de personnes de la capitale vers Marseille. Des hommes et femmes avec mallettes et ordinateurs, un reste de sommeil dans la démarche, mais la main droite cramponnée sur smartphones ou iPhones…appareils rechargés pendant la nuit pour qu’ils puissent commencer à chauffer dès l’aube. Le travail ne commence plus assis à son bureau mais dès que l’on met le pied par terre, au saut du lit ! La Sncf à bien prévu des panneaux « Silence » dans les wagons mais peu de gens le respectent et c’est ainsi que les conversations se croisent et se superposent, empêchant Catherine de se concentrer sur le rendez-vous qui l’a préoccupe.

  • C’est moi …
  • Ou je suis ? mais quelle question dans le train, oui écoute moi …parles plus fort il y a du bruit je ne comprends rien..
  • Mais non je ne serai pas en retard
  • Partir plus tôt …mais j’ai pris le premier train…l’avion non très peu pour moi
  • Bon on se parle plus tard j’ai besoin d’un café …à condition que le bar soit ouvert !

Alors que Catherine espère un peu de silence c’est un malotru qui s’installe en face d’elle, allongeant ses jambes comme s’il était seul  dans ce train et se met à ronfler…et c’est à ce moment-là que s’engage une autre discussion derrière elle.

  - Antoine ? non il n’a pu m’accompagner

  - …

  -  Je peux compter sur toi pour m’accompagner ?

  - …

  -  Ah non ne me dis pas que tu n’es pas libre ! tu sais que le boss  compte sur nous !

  -   …

  -  Et je fais comment ?

Et bla bla bla …lorsqu’il y a une personne qui s’arrête il y en a dix qui prennent le relais ! Au diable ce train de la première heure, si le rendez-vous n’avait pas été si tôt Catherine aurait choisi un autre horaire, bien qu’elle soit obligée de reconnaitre qu’à aucun moment elle n’a pu imaginer un tel vacarme. Il est impératif qu’elle puisse s’isoler un peu et c’est écouteurs aux oreilles avec une musique douce qu’elle ferme les yeux. Le besoin de faire retomber la tension doit être le plus fort puisqu’elle est se sent partir rapidement dans une heureuse somnolence. Dans un demi sommeil elle perçoit son téléphone qui vibre dans sa poche. C’est un sms de Me Lanternier qui l’informe que le rendez-vous est reporté dans le courant  de l’après-midi.

     -    C’était bien la peine que je me si lève tôt s’énerve Catherine mezzo voce.

Ne pouvant changer les évènements il faut bien s’y faire… mais comment occuper toutes    ces heures disponibles  ! Peut-être aller dire bonjour à Sœur Agnès qui l’avait pris sous son aile avec beaucoup de compassion … peut être consentira-t-elle au bout de toutes ces années à lui donner quelques éléments du puzzle qu’elle ne peut que connaître …enfin elle avisera en arrivant. Elle en a encore pour une heure de trajet en train, le calme étant un peu revenu dans le wagon, Catherine en profite pour faire le vide dans sa tête et se détendre.

Le vide pas tout à fait…elle rêve d’une petite fille de trois quatre ans,  qui s’amuse joyeuse dans un jardin, entouré de hauts murs qui l’isolent de la rue…des adultes parlent autour d’elles et s’agitent…elle revoit des  valises…et  une dame la sert fort dans ses bras …et puis le film s’efface …mais de cet  âge- là a-t-on des souvenirs ? 

Commenter cet article

pimprenelle 01/05/2015 17:40

On a beau dire, j'y crois aux souvenirs de prime jeunesse et même si on m'a dit souvent : on t'a raconté.
Il est temps que tu rentres et que tu nous mettes la suite.
Bises.

Eglantine 02/05/2015 22:20

sensation étrange d'un lieu qu'on semble avoir connu sans savoir pourquoi ...

j'avais 4 ans environ lorsque nous avons quitté Paris et certaines images sont bien gravées dans ma tete ...bisous

Solange 26/04/2015 20:28

Les terrifiants oui on s'en rappelle. Il y a une suite?

Églantine 26/04/2015 20:51

Vi des mon retour la fin jeudi ;-)pas eu le temps avant mon départ de. Tout programmer

flipperine 26/04/2015 18:36

les gens sont vraiment indisciplinés ils se croient seuls et cette dame trouvera à s'occuper en arrivant à Marseille en avance

Renee 26/04/2015 16:16

ça devient palpitant tout ça...........Bises

Quichottine 26/04/2015 15:01

Oui, on a des souvenirs...
Flûte alors, j'espère que la suite est encore programmée... :)

marizou 26/04/2015 13:49

Ah ! Vous savez nous tenir en haleine !

colettedc 26/04/2015 03:31

Intéressant que cela Églantine ! J'♥ beaucoup ! Bon dimanche tout entier ! Bisous♥

jill bill 26/04/2015 02:50

Eh non que très peu de souvenirs, pour ma part un très mauvais, un étouffement, j'ai failli y passer, une voisine qui me donna deux billes, je ne savais ce que c'était et hop avalées... la peur bleue de ma mère et moi secouée par les pieds jusqu'à ce que je recrache... !! A suivre Catherine...à suivre ! Bises de JB

Églantine 26/04/2015 10:15

La fin a mon retour .,,lol bisrs