A bâtons rompus...

Publié le par Eglantine Nalge

A bâtons rompus...
Chacun de nous est abonné, plus au moins, à des new’s de blogs. Nous allons en visites, d’autres plus que certains …suivez mon regard et je plaide grandement coupable pour ne pas le faire assez souvent, nous avons plaisir à lire l’article du jour et les com’s …ceci faisant un tout.
Nous avons tous besoin, un jour ou l’autre,  de déverser notre « trop plein » et déjà une fois écrit notre « mal-être », le remède a accompli son œuvre de guérison, pour partie. Ce qui me navre, c’est de voir au gré des commentaires, laissés sur des pages, combien de personnes sont dans la tristesse. Ne vous y trompez pas, je suis comme tout un chacun avec mes fardeaux, plus au moins lourds…ou légers suivant les jours. Et il m’arrive parfois, j’espère avec pudeur, de m’épancher et dans ce cas-là je crois que j’ai besoin qu’on me fasse rire pour alléger la pression... Au fil des années et au fil des visites, c’est récurrent, il y a ceux qui essayent de voir le coin de ciel bleu dans un ciel d’orage et ceux qui ne voient que le noir dans un ciel tout bleu. C’est valable pour les blogs, mais c’est aussi valable dans notre vie, au quotidien.
Je suis « tombée » un jour sur un article dans une revue qui m’a navré, non rien à voir avec les blogs …juste avec la vie :
M Charles Pépin, philosophe et auteur du livre « La joie », aurait répondu à la question, je cite:
Dans notre monde qui change si vite, à quoi et à qui se fier ?
  • « Avant, lorsque le doute nous assaillait nous avions le secours des anciens, des experts, des traditions etc …nous disposions de normes, venues du passé, sur lesquelles on pouvait s’appuyer. »
Je résume le reste de la réponse : maintenant il ne reste que l’intuition !
Monsieur Le philosophe je me refuse à admettre que seule l’intuition puisse guider nos jeunes, je me refuse à admettre que les expériences passées ne servent plus à rien, que nos valeurs n’ont plus de raison d’être…sauf à dire que « l’intuition » dont vous parlez est le fruit de l’expérience des anciens, des experts, des normes venues du passé et des traditions ! Je me refuse à penser que ce que j’ai vécu ne « me sert » plus rien et ne servira pas à mes descendances
J’ai rencontré, peu  il est vrai, une certaine jeunesse qui s’imagine qu’avec internet et l’IPhone sa culture est faite, méprisante pour un certain âge et un âge certain. Ce n’est pas ce que je vis et je me réjouis des échanges spontanés et chaleureux, vifs parfois, il en faut, avec enfants et petits-enfants. J’ai été une « mamie qui travaille » pas toujours disponible autant qu’elle l’aurait souhaité,  et pourtant les liens se sont tissés au fil du temps et si leurs connaissances dépassent très largement les miennes, chacun à tour de rôle, sollicite et apprécie les « anciens » que nous sommes, avec leur papy.
 
C’était le quart d’heure sentimental d’Eglantine !

 

A bâtons rompus...

Publié dans Chronique-du-mois

Commenter cet article

lilas 17/08/2016 12:05

Bien dit !

Eglantine 29/08/2016 09:40

le propos m'avait passablement agacé !

psttt j'adore le lilas

flipperine 09/09/2015 11:21

dans les blogs on se soulage

Eglantine 11/09/2015 09:41

pour certains personnes c'est le seul lien avec l'extérieur ...

Quichottine 07/09/2015 11:11

Je crois que nous sommes tous passés par des jours pas faciles, et je regrette toujours un peu lorsque "ça déborde" sur mon blog. Je sais que ceux qui passent n'ont pas forcément envie de lire mes états d'âme, c'est normal. Je sais que nous préférons tous autre chose, c'est normal, humain.

Pour le reste, nos enfants et petits-enfants feront leur propre expérience, il n'y a pas que l'intuition.
J'espère de tout coeur que nos valeurs ne sont pas totalement mortes, même si je sais qu'il est bien difficile d'apprendre de l'Histoire et d'un passé que beaucoup veulent oublier.

Les élèves ont changé... et tous ceux qui mettent dans les programmes et instructions qu'il faut "mettre les élèves en situation d'apprendre" et non plus "enseigner" n'ont pas pris la mesure de ce que ça allait donner.

A moins de les mettre sur une île déserte pleine de pièges dont certains mortels, ils n'apprendront rien, pas plus à regarder qu'à s'entraider, à se respecter, à se faire confiance...

Bon, je me tais, il faudrait que je développe. :)
Gros bisous et douce journée Eglantine.

Eglantine 07/09/2015 11:26

moi dans la vie j'ai besoin de parler lorsqu'il y a un trop plein :-) et déjà je me sens mieux ! depuis qu'il y a le blog, j'écris ...parfois par voie indirecte ou par histoire ...il faut bien un jour ou l'autre soulever le couvercle de la marmite pour que ça ne déborde pas ! pour les jeunes en fait au moment ou je lisais l'article j'avais devant moi des jeunes "morveux" étrangers à mon environnement je précise !qui s'imaginaient tout savoir parque ce que il avait Wikipédia ...d'accord je schématise mais on n'était pas loin du compte ! ...n'hésite pas à développer à l'occasion :-) je t'embrasse

Nell 05/09/2015 20:21

C'est ben vrai ça! Que de justesse dans ces écrits. Eh oui nous avons tous besoin des uns et des autres dans le respect de chacun, mais aussi dans l'écoute. Chaque âge a sa raison: on ne peut pas, lorsque l'on a vingt ans, avoir le même recul et la même compréhension des choses que lorsque l'on atteint l'âge de raison( comme moi, par exemple). Allez va, bon Dimanche à tous et à toutes.

Rebecca G 05/09/2015 19:27

Ah, chère Eglantine, comme j'aime ton quart d'heure sentimental...! :) Tu sais combien, chez nous, sont importantes les traditions et la sagesse des "anciens"... Nos valeurs sont celles de la famille et de la transmission. Mais le philosophe n'a peut-être pas tort, car ce qu'il décrit est devenu monnaie courante, malheureusement. Peu nombreux sont les jeunes qui se tournent vers les générations passées pour trouver réponses à leurs questions... C'est triste. Je t'embrasse bien fort et très affectueusement, car pour moi, au contraire, les personnes plus âgées que moi ne cessent d'être un exemple...! :)

jill bill 05/09/2015 17:14

Bonsoir bonne-maman, des blogs qui ont des soucis avec leur petite vie j'entends par-là, pas de salaire mirobolant pour faire face à tout, oui j'en vois, de même que ceux dans la maladie, parfois incurable... et sans compter les mauvaises relations familiales... du genre je ne vois plus mes petits-enfants, mon fils, ma fille etc... pour ces personnes là reste le mode virtuel pour se rattacher à quelque chose n'est-ce pas ! Nous avons tous nos hauts et nos bas, nos joies et nos deuils, une vie c'est court, faisons en sorte que la vraie soit belle, avant tout.... je t'embrasse, JB

Renee 05/09/2015 16:19

il faut que des échanges soit possible pas que du virtuel car autrement nous ne serons plus que des robots...........enfin sais pas si je me fais bien comprendre là mais c'est primordial. Bisessssssss

josiane 05/09/2015 16:04

Chaque personne sait ou connaît quelque chose que l'autre ignore et c'est ce qui enrichit les échanges !!!
Bonne fin de semaine