Voyage

Publié le par Eglantine Nalge

Voyage

Défi 172,
le bateau continue son voyage, sur le pont à la manœuvre Durgalola

Partir, ça y était : instant magique que celui où la valise est chargée dans le taxi et où l’on oublie tout ce que l’on laisse derrière soi.
Laetitia voulait s’en convaincre mais ce n’était pas si simple. Elle  n’avait jamais aimé les adieux et elle se refusait à se retourner pour voir par la vitre arrière de la voiture,  une fois encore, la silhouette sur le trottoir, qui lui faisait des signes de la main.
Elle avait essayé de le persuader qu’elle reviendrait bientôt, très bientôt, pourtant elle savait bien au fond d’elle-même que c’était un voyage sans retour possible.
Il avait fait semblant de la croire, adhérant avec enthousiasme à ce voyage à l’étranger que lui proposait sa société…il ne fallait pas gâcher ces derniers moments passés ensemble.  Elle partait pour six mois…un an…plus peut être… et certainement. Une fois qu’elle serait prise par ces nouvelles fonctions, elle s’y passionnerait comme d’habitude, s’enfoncerait de plus en plus dans sa nouvelle vie…et l’oublierai, enfin pas tout à fait…il deviendra un souvenir …un doux souvenir mais si lointain.
Ils savaient tous deux qu’ils venaient de partager le dernier instant magique de ce voyage. Le taxi pris de la vitesse en sortant de la ville, elle ferma les yeux pour conserver encore un peu la dernière vision qu’elle avait de lui. Il traversa le petit jardinet et cueilli une fleur pour lui offrir... comme d'habitude …

Publié dans Défis

Commenter cet article

luciole 83 26/10/2016 21:17

Coucou Eglantine
Un très beau texte qui raconte les difficultés des couples modernes aux prises avec leurs carrières respectives... La fin est très belle mais qq part terrible pour celui qui accepte que l'autre s'en aille tout en sachant qu'il ou elle ne reviendra pas....
Ce qui ne risquait pas d'arriver aux temps de nos parents voire même de "notre temps" ! la femme suivait son conjoint et point barre !
Merci et bisous

Eglantine 01/11/2016 15:16

la vie d'un couple a bien changé avec ses bons cotés mais aussi ce qui fragilise.... le travail n'est plus à la porte ...la femme peut mieux s'épanouir en dehors des fourneaux du moins pour certaines ....choix de l'évolution des carrières des uns et des autres ça reste un équilibre difficile.... bisous et bonne fin de journée

durgalola 25/10/2016 22:27

j'ai beaucoup aimé ce texte et l'homme laissé ...
pas toujours facile d'avoir des promotions ; je connais quelqu'un qui a refusé une belle proposition aux Etats Unis car sa femme elle commençait seulement à se faire une place dans son entreprise ; décision pas facile mais pour la vie du couple. Bises et merci pour ta participation.

Eglantine 01/11/2016 15:19

oui c'est des décisions difficiles souvent pour un couple...j'en ai fait "les frais" sans avoir d'invitation à l'étranger cependant. Cela semblait le plus raisonnable lorsque ça c'est présenté mais je ne peux pas dire que ça ne laisse pas un gout amer ....

bises

jazzy57 25/10/2016 19:30

Un tres beau texte qui tutoie la mélancolie , j'aime beaucoup .
Bonne soirée
Bises

Eglantine 01/11/2016 15:20

il y a des situations qui viennent parfois spontanément à l'écriture :-)
bises

Rebecca G. 25/10/2016 14:54

Eh oui... je suis d'accord.Pas toujours facile de partir vivre à l'Etranger... ;) Contente de te retrouver après une assez longue absence (de ma part) sur la blogo. Gros bisous.

Eglantine 01/11/2016 15:20

contente aussi de te retrouver :-) bisous, bisous

colettedc 25/10/2016 04:15

Magnifique texte, Monique ! J'ai mis du plaisir à le parcourir ! Bravo et bon matin de ce mardi ! Bisous♥

Eglantine 01/11/2016 15:31

pas toujours facile d ecrire un texte sur un sujet donné :-) si le résultat est là alors j en suis heureuse
bisous

Solange 24/10/2016 19:49

C'est bon de partir, mais c'est aussi bon de revenir.

Eglantine 01/11/2016 15:31

quitter son chez soi fait parfois des retours heureux !

pimprenelle 24/10/2016 18:18

Chacun mène sa vie comme il l'entend. Pas toujours facile pour l'autre. Là, il est parfait. Je crois qu'il faut aimer au-delà de soi pour réagir comme il le fait.
A elle, je souhaite une belle carrière. A lui, je souhaite de ne pas rester dans le souvenir.
Tu m'as prise au piège Eglantine. Les images sont venues naturellement.
Sais-tu qu'en commençant ma lecture, je me suis dit : pas possible, moi dans un taxi pour partir, je pense à de tas de choses que j'aurais pu oublier ... et j'ai continué la lecture.
Ton ciel a contaminé le mien : il pleut depuis hier soir, pas en continuité, mais il pleut.
Bises

Eglantine 01/11/2016 15:33

à mon avis c'est plus facile à broder une histoire que de la vivre :-))))

bonne fin de journée

bisous

Renee 24/10/2016 16:19

Un texte nostalgique mais en même temps prometteur d'avenir radieux, enfin on espère radieux...J'aime bien. Bisessssss

Eglantine 01/11/2016 15:33

radieux du moins pour l'un :-) ...ils verront bien ....mes personnages ce qu'ils veulent faire !

bisous

martine du jdv 24/10/2016 14:44

quelle élégante mélancolie .... beaucoup de profondeur sous une apparente légèreté .. j'aime beaucoup!
bises

Eglantine 01/11/2016 15:34

merci de ton commentaire :-)
bises

Henri de Margaux 24/10/2016 10:33

Bonjour Eglantine, Un très beau texte, si bien écrit, j'ai beaucoup aimé, Défi fort bien relevé. Bises bien amicales. Henri.

Eglantine 01/11/2016 15:35

Henri merci pour les encouragements :-)
bonne fin de journée
bises bien amicales