Soir de noël en Provence

Publié le par Eglantine Nalge

Soir de noël en Provence
L’aïeule n’avait plus envie de célébrer de fêtes disait-elle souvent,  bien qu’au fond, sans vouloir vraiment l’avouer à haute voix,   noël c’était quand même une fête pas comme les autres dans sa tête.
Elle vivait un peu recluse dans une petite maison située au fond du village malgré le soin  que prenaient ses voisins à  lui rendre visite régulièrement. Le maire de cette petite commune avait lui aussi succombé aux nouvelles coutumes et dès le mois de novembre, les employés municipaux avaient illuminé à giorno, l’unique rue avec de belles guirlandes. L’aïeule pestait à voix basse,  lorsqu’elle allait faire ses courses, contre ces dépenses inutiles, ce gaspillage. Noël ou pas, de son temps les joies étaient plus simples et bien moins coûteuses
La solitude ne lui faisait pas peur puisque devenue veuve jeune elle avait élevé ses cinq enfants avec beaucoup de courage et le cœur à l’ouvrage.  Mais penser à Noël la perturbait car  cette année plus spécialement, cela ne se présentait pas sous de bons hospices pour une réunion de famille. Aujourd’hui tout ce petit monde était dispersé ici et là.
La fatigue était bien là, l’aïeule devait bien l’admettre, c’est qu’approcher les quatre- vingt dix ans ce n’est pas rien et si la tête allait bien, le corps lui manifestait quelques faiblesses. Le courage lui manquait de recevoir enfants et petits-enfants pour de grands repas familiaux néanmoins elle était prête à demander main forte à Naïs sa voisine pour des retrouvailles à noël. Seulement voilà, les enfants qui téléphonaient régulièrement, n’évoquaient jamais la fête et nul parmi eux, n’avait eu idée de l’inviter et nous n’étions plus qu’à quelques jours du 24 décembre. Elle évitait de les juger, mais son cœur était en souffrance.
Pas question cependant de faillir aux coutumes et le 4 décembre comme toutes les années depuis qu’elle avait fondé sa cellule familiale,  elle avait planté dans trois coupelles, du blé qu’elle mettra le soir du 24 décembre,  sur la table  revêtue des trois nappes blanches traditionnelles et tant pis si elle était seule. Si le blé voulait prospérer  ce serait un bon présage pour toute la famille, ne l’avait-elle pas planté en pensant à eux tous ! C’est tout doucement et avec d’infimes précautions qu’elle déballa les santons et installa la crèche sur le pétrin près de la cheminée comme d’habitude. Chaque santon avait une histoire particulière et lui fallut bien la journée pour mettre tout en place.
Les jours s’égrenaient et la tristesse envahissait de plus en plus l’aïeule, qui se gardait bien de se plaindre cependant auprès de quiconque. Lorsque Naïs vint la chercher le soir de noël pour assister à la messe de minuit, après quelques hésitations elle décida de l’accompagner, ça ne servait à rien de se morfondre toute seule se dit-elle, c’est ainsi, il faut accepter ce qui nous est réservé.
Elle déplaça un peu les bûches dans la cheminée avant de partir, pour éviter que les escarbilles ne tombent sur le parquet, brancha les lampes dans le séjour afin que son retour fut moins triste et quant à manger quelque chose, il y avait bien les treize desserts qu’elle avait installés sur la table et pour son petit appétit elle trouvera bien quelque chose à grignoter, il y avait suffisamment de réserves dans la maison.
 
La crèche vivante et les chants de noël avec les enfants du village lui réchauffèrent le cœur et c’est joyeuses qu’elles reprirent toutes deux, le chemin du retour. L’aïeule embrassa chaleureusement Naïs avant de la quitter et lui souhaita un heureux noël en famille mais refusant de se joindre à eux. En approchant de sa maison  dans l’impasse, un peu d’inquiétude la saisie ayant l’impression que la lumière à travers les volets était un peu plus vive qu’à son départ. Non qu’elle eut peur des voleurs mais plutôt du feu dans la cheminée qui  peut être s’était réveillé. Elle accéléra le pas et entra rapidement dans la maison.
Le lustre orné de guirlandes,  brille de mille feux, la table est garnie pour un festin royal, une bonne odeur s’échappe de la cuisine,  les chandeliers lancent de joyeuses lueurs sur les murs et surtout,  toute sa famille, du plus petit au plus grand est là, parlant à qui mieux mieux dans un beau et heureux brouhaha  autour de la cheminée. L’enfant Jésus dort paisible dans la crèche et même le sapin que les petits enfants ont décoré, trône fièrement  dans la maison.
 
Les soirs de noël il y a forcément des miracles en Provence, ne dit-on pas que Jésus y est né ? …mais on dit tant de choses !
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

luciole 83 19/12/2016 22:26

Ah ma chère Mère Grand tu me fais pleurer... Trop beau ! J'aime bcp... Un régal à lire... MERCIII !
Gros bisous émus

Eglantine 22/12/2016 11:45

moi je suis très émue par tes mots si gentils qui me vont droit au coeur :-) merci infiniment
De tres bonnes et heureuses fêtes à toi et à ton environnement
gros bisous

le-billet-de-michel 16/12/2016 06:37

Très ému par ce texte...
Joyeux Noël Églantine
Affectueuse bise
Michel

Eglantine 22/12/2016 15:41

on ne peut malheureusement pas ignorer que bien des personnes se trouveront seules le soir de noel, parfois parce que les éléments ne le permettent pas ...parfois par indifférence hélas...alors autant croire à quelques miracles on ne sait jamais :-)
bises mon ami

Quichottine 14/12/2016 08:56

C'est un merveilleux conte... merci, Eglantine.
Si ce miracle se renouvelait chaque année pour tous, ce serait génial.
Bisous et douce journée.

Eglantine 19/12/2016 17:25

un petit moment de mélancolie :-)... pas toujours facile que les familles se retrouvent avec les contraintes et puis pour d'autres familles c'est plus compliqué pour moult raisons et là c'est bien plus triste ....
bisous

Solange 14/12/2016 01:51

C'est un très joli conte.

Eglantine 19/12/2016 16:37

merci :-)

marizou 13/12/2016 14:57

Un émouvant conte de Noël. Il faut savoir rêver de temps en temps.

Eglantine 18/12/2016 08:50

...il faut rêver à des moments heureux...aux petits bonheurs :-) bon dimanche

pimprenelle 13/12/2016 12:02

Merci pour cette bonne nouvelle
Bises

mamazerty 12/12/2016 21:14

tutututute!!!!!Jesus né en Provence?????Non!il est né à Nantes.....bon, à çà près,quel belle petite histoire!merci Monique et ne te fatigue pas trop, hein!prends soin d etoi en cette veille de fêtes!Bisous

Eglantine 13/12/2016 11:47

rho ! mais tu ne vas pas mettre en doute les paroles de bonne-maman ! à mon àge on ne ment plus ça ne sert plus à rien ....ésus est né en Provence
Entre Avignon et les Saintes-Maries
Jésus est né en Provence
C'est un berger qui me l'a dit .....:-) bisous
P.S peut être que le berger a un peu exagéré je te le concède !

LADY MARIANNE 12/12/2016 20:41

une très belle histoire de NOEL !
c'est de toi ? c'est joli- plein d'espoir !! bonne soirée- bisous-

Eglantine 13/12/2016 11:48

vi ...écrite hier comme ça ....parfois ça m'arrive :-)
bisous

colettedc 12/12/2016 19:51

C'est vraiment magnifique, Monique ! Bonne semaine et douce soirée de ce lundi ! Bisous♥

Eglantine 13/12/2016 11:49

c'est la période ou il faut croire au bonheur simple, à la famille :-)
bisous Colette

Josette 12/12/2016 19:33

c'est superbe Eglantine je crois que j'ai l'oeil qui brille un peu trop je ne vois plus mes touches !

Eglantine 13/12/2016 11:52

dans cette petite histoire tout est bien qui fini bien :-) je suis triste quand je lis ici où là des problemes entre parents et enfants. On devrait pouvoir s’engueuler si nécéssaire mais surtout après se reconcilier hélas ce n'est pas toujours le cas pour certains.
bisous