La laide

Publié le par Eglantine- Lilas Nalge

La laide

Le jeudi en poésie des croqueurs de mots

Femmes, vous blasphémez l'amour, quand d'aventure 
Un seul rebelle insulte à votre royauté. 
Ah ! C'est un pire affront qu'en silence elle endure, 
La jeune fille à qui la marâtre nature 
A dénié sa gloire et son droit : la beauté !

L'amour ne luit jamais dans l'œil qui la regarde ; 
Elle pourrait quitter sa mère sans périls. 
La laide ! On ne la voit jamais que par mégarde ; 
Même contre un désir sa disgrâce la garde, 
Pourquoi les jeunes gens l'accompagneraient-ils ?

Les jeunes gens sont fats, libertins et féroces. 
La laide ! Pourquoi faire et qu'en ont-ils besoin ? 
Ils la criblent entre eux de quolibets atroces, 
Et c'est un collégien que, dans les bals de noces, 
On charge de tirer cette enfant de son coin.

Pauvre fille ! Elle apprend que jeune elle est sans âge ; 
Sœur des belles et née avec les mêmes vœux, 
Elle a pour ennemi de son cœur son visage, 
Et, tout au plus, parmi les compliments d'usage, 
Un bon vieillard lui dit qu'elle a de beaux cheveux.

Depuis que j'ai souffert d'une forme charmante, 
Je voudrais de mon mal près de toi me guérir, 
Enfant qui sais aimer sans jamais être amante, 
Ange qui n'es qu'une âme et n'as rien qui tourmente ! 
Pourquoi suis-je trop jeune encor pour te chérir ?

Publié dans Poésies

Commenter cet article

Lenaïg 23/02/2017 20:02

Coucou mère-grand Eglantine, au train où sortent les mots que je tape en commentaire, je risque de m'endormir devant ! Beau poème, si l'on peut dire, sur la laideur, ou précisément sur la jeune fille laide, que j'ai lu chez Jazzy aussi et je ne comprenais pas la fin, en le relisant chez toi, je pense que c'est compris et c'est une condamnation sans appel que la vieillesse pas trop vieille soit encore trop "belle" par rapport à la jeunesse laide ! Merci beaucoup, gros bisous.

Marie Louve 23/02/2017 17:32

Sujet tabou, silencieux, mais combien cruel quand le mauvais sort affuble une femme de la disgrâce qu'est la laideur. Cela me fait prolonger ma réflexion en me disant que parfois la beauté cache pire laideur que l'apparence physique. Bravo pour ce choix de poésie lié au sujet proposé.

LADY MARIANNE 23/02/2017 16:24

je ne connaissais pas celui-ci-
la beauté ne se mange pas en salade mais bon !!
bisous !

Renee 23/02/2017 16:20

Très beau...Amitiés

Quichottine 23/02/2017 14:07

Je ne connaissais pas ce poème...
Pas facile de lire : "Pourquoi suis-je trop jeune encor pour te chérir ?"
Faut-il finalement vieillir pour comprendre que la beauté ne fait rien à l'amour, et que chérir, être chéri, est important ?

jill bill 23/02/2017 09:01

La laide, la pauvre laide, même si par hasard on la regarde, l'invite au bal par pitié, respect !!! Merci bonne-maman, bon jeudi, bises de jill

Martine 85 23/02/2017 08:16

On juge souvent par rapport à soi même ce qui entraîne de l'intolérance pour ceux qui sont différents. Les vieux acceptent mieux la laideur. J'ai aimé ce poème. Bisous.