Une histoire de farine et de futur...

Publié le par Eglantine Lilas

Un texte d' Anne, pour les Croqueurs de mots:
Un peu déçue par le futur

 

Les paquets de farine fuient encore et les spaghettis ne rentrent toujours pas dans la casserole.
Les sacs en plastique nous rendent un grand service et le septième continent de plastique dans l’océan Pacifique n’est pas prêt d’être exploité par les humains.
Notre planète se réchauffe et l’homme ne sait toujours pas comment canaliser le Gulf Stream et comment ramener des blocs de glace des régions polaires, histoire de rafraîchir nos côtes par les temps de canicule.
L’automobile pollue notre air et notre environnement sonore et malheureusement les chevaux du vingt et unième siècle comme leurs ancêtres, ne dépassent pas , au galop, les soixante kilomètres à l’heure.
Les téléphones portables sont toujours aussi bavards mais ne remplacent pas le moindre petit être vivant qui nous témoigne de l’affection. Ces téléphones, petites merveilles de la technologie, qui si l’on en croit leurs détracteurs, stockent des produits toxiques, accélèrent la technicisation totale du monde, contribuent à l’exploitation d’enfants dans les mines du Coltan et à la disparition des derniers gorilles du Congo.
Pratique, la vidéo surveillance, pour tout surveiller dans les rues, dans les gares, dans les galeries commerciales, au nom de l’ordre et de la sécurité ! Adieu par la même occasion à notre liberté et à notre vie privée !
Les systèmes de communication modernes font de notre planète un grand village et le progrès veut que, pour nous déplacer de pays en pays, nous voyagions de plus en plus en avion, champion de la pollution.
Nous mangeons des tomates en n’importe quelle saison et nous avons tous, oublié le parfum âcre et généreux de ce légume-fruit d’antan.
Les bons conseilleurs nous diront de ne pas « regarder dans le rétroviseur ». Vive le confort, les loisirs, les voyages ! Tant pis pour les spaghettis, le plastique, la pollution, le climat, la disparition des espèces, l’exploitation des êtres humains loin de chez nous.
Rangeons-nous à la sage maxime de Gandhi : « La vie est un mystère qu’il faut vivre, et non un problème à résoudre. »
Anne

Publié dans Les Croqueurs de mots

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

l'Univers d'Erika 08/07/2019 15:34

Merci pour ce texte plein de vérité !
Je pense que nous courons à la catastrophe, mais où est la solution ?
Sommes nous prêt à changer notre quotidien ?
Nous vivons très simplement mais est-ce suffisant ?
On se pose des milliers de questions alors que les gros groupes et les politiques ne pensent qu'à faire toujours plus de fric au détriment de la nature, de la faune et de la flore !!!

dimdamdom59 12/06/2019 21:23

Bravo pour ce texte criant de vérité, Quand l'homme comprendra que la planète est en danger je crains qu'il ne soit trop tard, quelle tristesse.
Merci pour ce beau partage .
Bisous
Domi.

ABC 04/06/2019 16:50

Merci pour ton passage chez moi, j'ignorais qu'il pouvait y avoir des difficultés à déposer des messages. j'espère que cela ne se renouvellera pas. je n'y suis pour rien... J'ai lu tes mots chez Quichottine.
Bonne fin de journée

Maryline 04/06/2019 11:43

Je dirais à Ghandi que si l'on veut que la Vie continue, il faudrait changer notre mode de vie... Des petits efforts quotidiens de chacun pourraient réussir à dépolluer les grandes rivières qui mènent à la mer...
Belle journée!

Durgalola 03/06/2019 15:46

J'ai beaucoup aimé ton texte. Et difficile de dire aux autres de vivre économiquement. Souvent ils vous regardent avec de gros yeux
Par contre je reconnais mon attachement à internet. Bises et bon lundi

antoine delmonti 03/06/2019 11:15

La question est effectivement de savoir si nous ne courrons pas à la catastrophe, il est urgent d'agir, le temps n'est plus aux discours ! J'aime bien ta citation de Gandhi, un visionnaire !

luciole 83 02/06/2019 23:42

Coucou Anne
J'adhère à 100% à ton billet... Merci bcp !
Mais patience... le plastique disparaîtra, faute de matière première... comme bcp de choses ... on ira peut être repêcher les plastiques dans le 7è continent ...? :-))
Et les autres matières premières dans les déchetteries enfouies ? dans les bidons radioactifs stockés un peu partout ?
Merci Anne
Bisous

Quichottine 02/06/2019 15:36

Juste en modifiant un peu notre façon de vivre et de consommer, tout irait déjà mieux.
Merci Anne pour ce partage.
Passe une douce journée.

Anne 31/05/2019 12:56

Il y a des côtés très positifs aux progrés de la science : les avancées de la médecine par exemple ( et encore ),les projets de voyages interstellaires. Il y a du bon en nous, nous sommes juste un peu limités. Je veux rester optimiste et faire confiance à la vie qui est “un mystère “ comme le dit Gandhi et qui est plus forte que nous.

pimprenelle - entrebrumetsoleil 31/05/2019 10:26

Parce que l'humain est un ogre qui veut tout.
La science progresse, on en fait une arme de guerre. Et cela depuis toujours.
Tu vois je vais même un peu plus loin que toi.
Mon voisin qui, lorsque nous nous sommes installés ici il y a un peu plus de cinquante ans, était un vieux monsieur, disait qu'on était en train de brûler la terre. Les sacs en plastique n'étaient pas encore dans les super marchés !
Alors oui, si l'on veut ne pas se rendre malade mentalement, il vaut mieux se ranger à la maxime de Gandhi.
Bonne journée Anne

manou 31/05/2019 09:31

Anne a raison, chaque avancée vers le modernisme a son lot de conséquences désastreuses pour la planète... que laisserons-nous à nos enfants ? Ce que nous faisons pour la préserver à notre échelle nous réconforte mais tant que des décisions radicales ne seront pas prises, rien ne changera...bisous et merci à Anne pour ce texte qui est une superbe réflexion et à toi pour le publier sur ton blog

colettedc 31/05/2019 02:18

Quelle tristesse pour les générations à venir, hélas ! Défi tout à fait bien rendu, Anne ! Bravo
Bon vendredi !
Bisous♥

Fanfan2B 30/05/2019 20:42

Le , "progrès esy ine arme a double tranchant .Le plus dur c'est de revenir en arrière.Qui acceptera ? Notre planète en paie les consequences. Une bonne analyse de notre monde de fous.Bonne soirée

Martine MARTIN 30/05/2019 17:37

Quelle terre demain laisserons-nous à nos enfants ? Oui à l'écologie mais aussi à un libéralisme indispensable à l'emploi qui est compatible avec l'écologie à condiiion qu'il soit mesuré.

ZAZA 30/05/2019 17:20

Mais en continuant comme cela Anne, que laisserons nous à nos enfants !
Bises et bon jeudi de l'Ascension

Renée 30/05/2019 16:39

Oui mais d'un autre coté si les problèmes ne sont pas résolus (plastique et autres) la planète va se réchauffer de plus en plus et on n'auras plus rien a manger (même pas les spagous)...que du plastique comme le font déjà les poissons......Bisoussssss

jazzy57 30/05/2019 16:14

Bravo pour ce zoom sur l'état des lieux de nos contradictions en matière de progrès .Un futur qui n'est pas forcément celui que l'homme avait envisagé avec le progrès scientifique , sachons raison garder pour préserver encore notre planète et sa diversité .
Bonne journée
Bises