Grégoire-2.

Publié le par Eglantine-Lilas

Pour ceux qui n'ont pas lu "Grégoire " à sa 1ere publication ...ou qui l'ont oublié....

L'enterrement

 246074117_00049539bd.jpg

 

  L'enterrement a eu lieu mais il a refusé d'y assister. Avant de mourir son grand-père a souhaité lui laisser un objet pas de valeur,plutot un symbole, sa pipe qui ne le quittait jamais. Il l'a enfouie au fond d'un tiroir.

De plus en plus souvent Grégoire se réfugie dans son arbre, a-t-il pris le temps de connaître son grand-père ? non bien entendu et maintenant qu'il n'est plus là il en est malheureux. Son cœur lui dit que peut être c'est à travers cette maison, les gens qu'il aimait qu'il apprendra à connaître ce grand-père qu'il a si peu écouté. Une caresse légère ou la bise du soir, vient essuyer ses larmes.


  Ce soir il sent l'odeur de sa pipe autour de lui. Il garde les yeux fermés pour ne pas perdre cette sensation, il voudrait que le temps s'arrête. Quel gâchis toutes ces années de révolte et maintenant il est trop tard pour lui dire que toutes ses bêtises, ses colères, ce n'étaient pas contre lui mais contre sa douleur. Une petite voix lui murmure :


- « ta grand-mère aussi est malheureuse, nous avons passés tant d'années ensemble et toi tu la laisses seule»


Grégoire ouvre les yeux: grand-père tu es là? il est seul, la nuit est maintenant complètement noire. C'est juste une petite voix qui murmure dans sa tête et qui lui dit que ce qu'il fait n'est pas bien, mais il ne reconnaît pas cette voix, toutes ces années jamais elle n'est venue lui parler et pourtant il en a fait des bêtises, il rentre à la maison un peu inquiet.


La nuit a été agitée et ce matin il s'est levé de bonne heure et est parti rejoindre les jeunes du village, les plus délurés , ceux qui sont toujours prêts à faire un coup pendable. 


- «vous allez encore une fois embêter ce vieux Mathurin , combien de fois t'ai-je dis le mal que vous lui faisiez en libérant ses chèvres, tu sais bien qu'il n'a plus l'âge de courir pour les ramener » 


 

  Grégoire secoue la tête, encore cette odeur de pipe qui le suit partout, il ne comprend pas ses copains ne fument pas ce genre de chose . Le plaisir n'y est plus, il va trouver un prétexte pour quitter le groupe et partir seul de son coté. Il va passer la matinée à vadrouiller à travers la campagne. 


- « Grégoire tu te rappelles l'histoire du vieux Mathurin ? Hé non bien entendu tu ne m'écoutais jamais, toujours la tête dans les nuages ou occupé a faire je ne sais trop quoi de préférence surtout le contraire de ce qu'on te disait avec ta grand-mère et pourtant on ne voulait que ton bien et ton bonheur. Le vieux Mathurin a été jeune comme toi, parce que tu l'as connu vieux tu t'imagines toujours que nous n'avons pas eu de jeunesse nous autres ! 


  Elle t'a fait quelque chose cette plante pour que tu t'acharnes à donner des coups de pieds dedans ? A part d'abimer tes chaussures je ne vois pas ce que tu vas obtenir. A ce propos à l'avenir il faudra que tu fasses un peu attention à tes affaires, ta grand-mère est seule maintenant il faudra être un peu plus attentif. 


  Mathurin vois-tu, jeune vivait dans ce village, c'était un beau jeune homme qui avait beaucoup de succès auprès des filles et puis un jour il tomba amoureux de Jeannette, mais oui tu sais bien, jeannette c'est la tante de Jérôme, faut reconnaître que c'est le plus raisonnable de la bande, bon donc ils se marient mais la vie dans le village n'était pas facile il ne veut pas prendre la suite de l'exploitation vinicole et il décide de partir à la ville avec Jeannette. 


  Pendant de nombreuses années on n'entendit plus trop parler du couple, étaient-ils partis à l'étranger ou tout simplement dans une ville ? Ma foi personne n'a jamais rien dit et puis à la mort de son père ils sont revenus s'installer ici, je crois que de voir les vignes dans la famille depuis plusieurs générations à l'abandon, ou dans d'autres mains il ne pouvait le supporter. 


Il a travailler dur Mathurin avec sa femme, j'y pense tu te rappelles les promenades en vélo que nous faisions ensemble ? Ah et bien non tu ne peux pas t'en souvenir bien entendu, la seule sortie ou tu consenti à nous accompagner tu as passé ton temps à râler.


  Regarde comme les vignes sont belles en cette saison c'est bientôt les vendanges, tiens je vois une biquette au milieu des vignes si tu la siffles je suis sur qu'elle te suivra et puis au passage tu pourrais la remettre dans l'enclos là ou est sa place tu ne crois pas ?».


Grégoire commence à ressentir un peu la faim, oh non qu'il mange beaucoup mais ce matin il est parti comme souvent sans rien avaler, il secoue un peu la tête comme s'il voulait faire partir un bourdon qui tournerait autour de lui et c'est là qu'il aperçoit une des chèvres de Mathurin, tiens elle le suit comme si elle le reconnaissait, puisqu'il y est après tout autant passer vers l'enclos comme ça il pourra la faire rentrer, il est seul et ses copains n'en sauront rien et ne se moquerons pas de lui.

 

 

 

Commenter cet article

pimprenelle 27/01/2014 18:07


J'ai pris bien du plaisir à relire Grégoire.


Bisous

Eglantine-Lilas 03/02/2014 08:57



 pas trop le temps d 'écrire en ce moment 


bisous



flipperine 25/01/2014 00:34


un Grégoire qui commence à  réfléchir

Eglantine-Lilas 30/01/2014 17:17



 il faut du temps pour que les choses se mettent en place ...



Solange 23/01/2014 21:14


Très intéressant à lire merci.

Eglantine-Lilas 29/01/2014 17:00



 merci pour la fidelité sur mon blog et merci pour le com



dimdamdom59 23/01/2014 17:51


Je dirais comme ton ami Michel, ton récit me rappelle les histoires de Christian Signol ou Claude Michelet, j'adore me plonger dans cette lecture qui nous rappelle de bons souvenirs de
jeunesse!!! (et oui je suis née au siècle dernier moi aussi


Bravo Mère-Grand pour ta belle façon d'écrire!!!


Bisous


Domi.

Eglantine-Lilas 29/01/2014 16:59



 mais toi tu es si jeune et dynamique !!!


bisous et bonne fin de journée



Francine Clio 23/01/2014 17:49


Bonsoir Eglantine. Comme il m'émeut ce texte ainsi que le précédent !!! Comme promis, je commence le tour des blogs pour faire un petit coucou ; ça fait longtemps ! Je te souhaite une bonne fin
de semaine. A bientôt .Bisous . Francine Clio.

Eglantine-Lilas 28/01/2014 15:35



 merci Francine moi c'est ton com qui me touche  est ce que tu vas bien ? moi aussi il y a longtemps que je n'ai pas trop fait de visites...ce mois de janvier est passé ...sans moi
!!!


bises



Le Billet de Michel 23/01/2014 11:45


Une relecture toute en émotion !


Je n'ai rien à rajouter à mon commentaire du 14 avril 2010...


Bises Eglantine

Eglantine-Lilas 27/01/2014 16:10



 merci 



rouergat 23/01/2014 10:24


Bonjour Eglantine


 


Beau texte qui nous évoque des souvenirs d'enfance avec nos grands-parents 

Eglantine-Lilas 27/01/2014 15:56



 texte écrit il y a 2 ans et ressorti des archives 



jill bill 23/01/2014 08:57


Va t'il s'occuper de mère-grand en bon garçon maintenant, colère ravalée, une bonne-maman c'est un trésor autant qu'un papa, une maman, surtout quand on devient orphelin....; Merci,
bizzzzzzzzzzzzzz

Eglantine-Lilas 27/01/2014 15:54



 certainement que les choses font changer ....


bisous



pimprenelle 16/04/2010 15:45



Odeur de fumée ... détestable, puis agréable.


On peut toujours dialoguer avec ceux qui sont "partis". Comme le dit Petit-Fils Aîné de chez nous : on parle dans son coeur et on a une réponbse dans son coeur.


Grégoire va s'en rendre vite compte, j'en suis sûre


Bravo Eglantine



Nat 16/04/2010 07:11



l'odeur de la pipe, sucrée ou pimentée elle ramène toujours a de doux souvenirs