Molière à l'Elysée

Publié le par Eglantine-Lilas

Je trouve dommage que de telles pages d'humour

On ne connaisse point l'auteur.

Si tu passes par là, arrête toi et signe

Moi j'ai rit de bon coeur de ce vaudeville.

J'épère qu'il en sera de même pour toux ceux

qui te liront ici ou ailleurs.

Point d'offense à quiconque,

Juste chapeau bas à qui sait nous amuser

en bon françois.

7155844081_2382411c84.jpg

Conversation enregistrée par le majordome de l’Élysée entre

François le Bon, Président,

Ségolène, Madame Royale, duchesse de Poitou-Charentes,

et Valérie de Tweetweiler, Madame de Maintenant

 

François

Je vous ai fait venir toutes deux jusqu’à moi,
Pour mieux vous faire part de mon réel émoi.
Je me dois désormais de gouverner la France,
Et je veux me vouer à cette gouvernance
Sans me voir infliger chaque jour le souci
De devoir arbitrer vos permanents conflits !
Je veux que dès demain l’ensemble de la presse
S’abstienne de parler du cas de mes maîtresses.
Le trône que j’occupe exige que je sois
Digne de la posture que l’on attend de moi.

Royale
Vous êtes mal parti ! Lié à cette garce,
Vous resterez toujours le dindon de la farce !

Maintenant
Holà, Madame, holà ! Chantez un ton plus bas.
Ce sont là des propos que je n’accepte pas !
Vous vous trompez de genre, car en cette occasion,
L’on doit parler de dinde et non pas de dindon.

Royale
Nous sommes bien d’accord ! Je vois avec bonheur
Que vous vous estimez à votre vraie valeur !

Maintenant
Votre appréciation quant à elle m’enchante :

Vous êtes trop aimable en vous voulant méchante ;
Une injure de vous frise le compliment.

Royale
Pour vous complimenter encore un bref moment :
L’homme doit sa fortune à sa première femme ;
Enivré de gloriole, il en devient bigame,
Et il doit la suivante à sa bonne fortune !
Maintenant
Vos considérations ne sont guère opportunes :
Ce n’est qu’avec François que vous avez trouvé
L’éphémère moyen de vaguement briller.
Puisant dans son esprit, sa force et sa raison
Les moyens de servir vos propres ambitions,
Vous avez tout gâché en y mettant du vôtre,
Exaspérant les uns, faisant rire les autres !
Et depuis vous avez, sans perdre vos grands airs,
Entassé joliment défaites et revers.
Vous vous croyiez précieuse et fûtes ridicule,
Vous espériez compter et ne fûtes que nulle !

Royale
Permettez-moi, Madame, avec tout le respect
Que l’on se doit d’avoir pour qui est au sommet,
De très modestement vous dire sans ambages
Que le peu que j’obtins, je l’obtins sans « jambage » !
Tout ce que j’ai perdu, je peux le regagner
Sans devoir pour autant coucher à l’Élysée.
Je ne dois qu’à moi seule les postes que je brigue,
Perdant ainsi sans honte et gagnant sans intrigue.
Quant à vous, l’on pourrait demain vous replonger
Dans l’aimable néant dont vous fûtes tirée.
Adieu, Madame, adieu, et n’étant point méchante,
Je vous laisse rêver « hollandemains » qui chantent !

François
Eh bien voilà, voilà ; je crois que nous avons
Fait assez bien le tour de la situation !
Il est bon que parfois des vérités se disent,
Qu’on puisse se parler avec pleine franchise.
De la paix retrouvée, ces mots sont le prélude,
Et tout va donc rentrer dans la normalitude.

Publié dans Rires-sourires

Commenter cet article

Michel 16/07/2012 14:09


J'adooore !


Bisous

marian 16/07/2012 07:38


Merci Eglantine.  Vous réjouissez par la gaieté de vos articles les ternes jours de mon ordinaire. Je suis généralement avare de commentaires, mais là je ne résiste pas à l'encouragement de
l'auteur (e) et de la publicatrice.

Eglantine-Lilas 16/07/2012 07:48



merci à vous, ce commentaire me touche. En écrivant sur ce blog je voulais y mettre un sourire chaque fois que je
peux, pour mes visiteurs certes et puis pour moi aussi...


je vous souhaite une excellente journée.



Mamie Claude 15/07/2012 20:46


Bel humour pour un crêpage de chignons avec grande classe, j'ai peur qu'ils soient tellement emmélés que les écarts de verbiage ou de twistage reviennent au grand galop   merci pour ce partage succulent et grosses bises 

Quichottine 14/07/2012 13:29


Un ami me l'avait envoyé par mail... j'ai adoré !


 


J'aime beaucoup lorsque reviennent les chansonniers d'autrefois... :)


Tu as raison, dommage qu'on n'en connaisse pas l'auteur.


Bisous et douce journée.

Monelle 14/07/2012 10:28


Oui dommage de ne pas connaître l'auteur qui a une très belle plume, que ne renierait pas Molière et autres grands écrivains... et que de vérités dites !!!


Bonne journée - bisous



Rainette 13/07/2012 21:22


J'adore les alexandrins ! et ce texte est vraiment parfait !


Il fût un temps, je pensais et j'écrivais souvent en vers.... mais bizarrement, maintenant ça me demande plus d'efforts !!!


Merci pour cette page !!!!

jill bill 13/07/2012 18:03


Ah à l'ancienne cour... c'est fort plaisant à lire.... Merci à toi mère-grand ! Belle soirée de la part de jill, bizzzzzzzzzzz

midolu 13/07/2012 17:40


Si bien dit que cela en est charmant plus que piquant !


Bises, Églantine. Bonne soirée ...

marieursy 13/07/2012 16:57


très joliment fait ...j'adore ! on peu rire de tout si on y met bon goût ! Merci de ce partage !  

Eglantine-Lilas 13/07/2012 17:07



tu reçois des textes par mail et souvent j'admire leur rédaction ...mais rarement j'en connais l'auteur


un peu d'impertinence liée a de l'humour ...j'aime bien quand on reste dans les limites du correct