Martin

Publié le par Eglantine-Lilas

 

Pour la cour de récré de M'AME JB et sorti des archives

voici 2 Martin pour le prix d'1.

 

 

 5369720462_376ab0d1f6.jpg

 


Le vieux Martin,  habitait dans un petit village près de la nationale qui relie Ajaccio à Bastia. Son âne, s’appelait Martin  aussi, comme beaucoup d’autres ânes, ce qui fait que lorsque les paysans du coin parlaient entre eux de Martin on ne savait jamais à qui s’adressait leurs propos.


Martin, Le vieux, n’en avait cure, il allait son petit bonhomme de chemin dans la montagne, suivant les saisons pêchant la truite ou ramassant noix et châtaignes, à moins qu’il ce ne fusse une halte auprès des bergers. Un fromage ou une brousse qu’on lui donnait généreusement, était toujours bon à prendre.


Martin pas l’âne, l’autre, sous des dehors bonasses et un peu niais, était en fait un érudit, il s’amusait beaucoup de ce que disaient dans son dos les gens du village. Le soir à là lueur de sa lampe à pétrole, il avait refusé qu’on lui fasse un branchement pour avoir l’électricité, cette lumière qui arrivait dont on ne sait d’où ne l’inspirait guère, donc à la douce lumière de sa lampe, Martin dévorait livre après livre.


Et c’est ainsi qu’il découvrit un beau jour dans un écrit,  les escaliers « pas d’âne », drôle d’escalier se dit-il. Il habitait un village de montagne et certes lorsqu’on voulait grimper un peu plus haut à travers le maquis, on faisait passer devant et  dans la végétation dense, les ânes pour créer un chemin, mais un escalier il n’en avait jamais vu. Aussi décida t-il d’observer son âne.


L’âne Martin, comme son maitre allait d’un pas tranquille et régulier, insensible aux ronces qui parfois s’accrochaient à sa peau.  Il traversait la campagne, les ruisseaux, parfois même les rivières, sans jamais se départir de son petit air doux et apaisant. Lorsque des touristes voulaient faire des ballades, les deux Martin  partaient avec eux en randonnée, leur permettant ainsi d’apprécier les différents aspects de la montagne corse et Martin animal attachant, agréable partenaire avec des cotés ludiques, allait toujours de son pas lent et sur, rassurant les moins courageux.


Tout ceci n’expliquait point pourquoi on parlait d’escaliers à pas d’âne. A vrai dire s’il était facile pour Martin de faire grimper son âne dans des raidillons il n’était point question par exemple,  de lui faire monter les escaliers qui menaient à l’Église en haut du village. Le temps passa, après l’hiver arriva le printemps,  et les deux Martin reprirent leurs promenades.

 

Cette journée particulièrement ensoleillée, les premières fleurs dans les champs les encouragea à aller plus loin que de coutume et c’est ainsi qu’ils découvrirent un nouveau village implanté sur une colline assez pentue et dont la rue principale était constitué par un escalier, ayant un grand giron et des marches  de faible hauteur.


Tout doucement, sans se départir de son calme, avec un pas bien rythmé, l’âne de Martin monta les marches sans effort dans cet escalier assez large  et c’est ainsi que Martin le maître, découvrit ce qu’était des escaliers «à pas d’âne ».

 

 http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/af/Escalier_%C3%A0_pas_d'ane_sur_l'ile_Sainte-Marguerite.jpg

Publié dans Petits-contes-corses

Commenter cet article

Renee 17/05/2014 15:22


Un bien joli récit et j'apprend en même temps le nom de ces escaliers...J'aime bien aussi l'hitsoire j'espère que la suite va venir....Bises amicales

Eglantine-Lilas 18/05/2014 18:18



 je ne sais ou j'ai entendu parler de ces escaliers ...dans mon village de montagne


peut être 


l'histoire ? on va voir si la machine se remet en marche ...


bises et bonne fin de soirée



flipperine 16/05/2014 00:03


une belle histoire d'amitié entre l'homme et sa bête

Eglantine-Lilas 16/05/2014 18:52



 il a y a un un lien fort entr les deux ...



Vénusia 15/05/2014 22:39


bonsoir


une bien belle histoire contée avec talent.


bonne soirée

Eglantine-Lilas 16/05/2014 18:53



 merci ...j'ai aimé imaginer les 2 ensemble c'est un peu comme si je les voyais 



Le-billet-de-michel 15/05/2014 18:26


Voilà, je sais maintenant quelque chose de plus. Je suis maintenant unpeu moins bête de qu'il y a quelques minutes... et cela grâce à un ane... et grâce à toi Eglantine.


Bises - Michel

Eglantine-Lilas 18/05/2014 18:21



 c'est parce que chez moi il y avait dans le village beaucoup d'anes 


bises et merci pour toutes les belles photos que tu partages 



Marizou 15/05/2014 08:40


C'est ainsi que devrait avancer notre vie, au rythme lent et sûr du pas d'un âne !

Marie Louve 15/05/2014 05:03


 une agréable surprise au bout du chemin qui nous mèene " à pas d'àne ". Une belle expression qui exprime bien la
douceur du pas de l'àne. Merci pour cette belle découverte. Bon jeudi. 

Solange 14/05/2014 22:58


Je ne connaissais pas un escalier à pas d'âne, j'ai bien aimé ce conte. Un Martin intéressant.

jazzy57 14/05/2014 20:15


Superbe conte merci de l'avoir partagé à l'occasion de l'arrivée de Martin à la cour de récré .


Bonne soirée 


Bisous 

jamadrou 14/05/2014 19:23


Il ya un proverbe chez TOI qui dit " si
ce n'est vrai c'est bien raconté" et j'ai aimé


et voilà Eglantine comment je te fais
comprendre que j'ai bien aimé ta visite chez moi. Merci.


ton billet est bien agréable, est-ce un
VRAI conte Corse?


belle soirée

Eglantine-Lilas 14/05/2014 19:35



 non ce n'est pas un vrai conte corse...juste un mélange de souvenirs d'enfant avec l'imagination comment dire
...d'une vieille hum ce mot ne me plais guère ... alors disons d'une grand-mère ...et avant que la mémoire ne
s'efface 


belle soirée à toi aussi ...je reviendrai j'ai ta prose 



Jeanne Fadosi 14/05/2014 17:58


amusante histoire. Je n'avais pas imaginé la méfiance des anciens envers l'électricité.


Belle fin de journée