Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Marie-Antoinette

Marie-Antoinette

Une reine invitée à la cour de JB

Mère du vain caprice et du léger prestige,
La fantaisie ailée autour d'elle voltige,
Nymphe au corps ondoyant, né de lumière et d'air,
Qui, mieux que l'onde agile ou le rapide éclair,
Ou la glace inquiète au soleil présentée,
S'allume en un instant, purpurine, argentée,
Ou s'enflamme de rose, ou pétille d'azur.
Un vol la précipite, inégal et peu sûr.
 La déesse jamais ne connut d'autre guide.
 Les Rêves transparents, troupe vaine et fluide,
 
 
D'un vol étincelant caressent ses lambris.
 Auprès d'elle à toute heure elle occupe les Ris.
L'un pétrit les baisers des bouches embaumées ;
L'autre, le jeune éclat des lèvres enflammées ;
L'autre, inutile et seul, au bout d'un chalumeau
 
En globe aérien souffle une goutte d'eau.
La reine, en cette cour qu'anime la folie,
Va, vient, chante, se tait, regarde, écoute, oublie,
Et, dans mille cristaux qui portent son palais,
Rit de voir mille fois étinceler ses traits. »
 
André Chénier, « Sur la frivolité »

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
comme il dépeint bien la frivolité!!!!!je ne sais si c'était le mot qui dépeignait le mieux cette reine....les avis divergent à son sujet et perso je ne sais s'il fallait en passer par sa mort et celle du roi pour que l'Histoire évolue....
Répondre
Q
Je ne connaissais pas ce poème, mais je me dis toujours qu'elle n'était sans doute pas celle qui méritait d'être guillotinée.<br /> Je me demande si une nouvelle révolution permettrait d'éliminer ceux qui font de la République leur mouton à tondre...<br /> Bisous et douce journée.
Répondre
S
Très joli poème, j'aime.
Répondre
D
Je ne connaissais pas trop la vie de Marie Antoinette c'est seulement aujourd'hui que je m'y suis intéressée, on dit d'elle qu'elle était frivole, désinvolte et inculte !!! A force de faire perdre la tête à ses amants elle a perdu la sienne ;)<br /> Très beau poème que je ne connaissais pas. Merci pour cette découverte.<br /> Bisous.<br /> Domi.
Répondre
J
Superbe ce poème de Chénier , j'ai du le lire mais j'ai oublié à quel point il était fidèle à la frivolité .<br /> Bonne soirée <br /> Bises
Répondre
C
Superbe choix de poème Monique ! J'♥ ! Bonne poursuite de ce mercredi ! Bisous♥
Répondre
S
André Chénier, un poète que j'ai étudié... quand j'étais jeune ! Merci pour ce petit moment de poésie à ses côtés.
Répondre
C
J'ai suivi le lien sur le blog de Jill et j'ai voyagé à travers ce poème aux somptueuses images qui n'ôtent pas l'aspect poignant et tragique de la destinée d'une femme. Excellente journée, bises amicales. Cendrine
Répondre
M
La légèreté du papillon qui vole au-dessus des mots sans les toucher en laissant derrière eux un parfum lourd d'excès. Et Marie-Antoinette qui en esprit on associe. Un excellent choix de poésie pour nous représenter cette triste célébrité qui aura payé de sa vie les abus immodérés face à un peuple écrasé sous ses charges et dettes. Merci de me faire découvrir ce poète. Bon mercredi.
Répondre
L
he oui elle était frivole notre Marie Antoinette- comme toutes les reines- on ne se rappelle que d'elle mais c'était l'usage-<br /> on lui a coupé la tête et vive la république et les politiques véreux- lol<br /> bon mercredi-
Répondre
C
Magnifique !<br /> La danse avant la décadence....<br /> <br /> Câlinss!!!
Répondre
L
Coucou mère-grand, j'allais mettre comme Martine, André Chénier comme Marie-Antoinette a fini sur l'échafaud. Le contraste entre la douceur aérienne de ce poème (peut-être avec un soupçon de critique) et l'horreur de l'exécution est saisissant. Gros bisous.
Répondre
M
Très beau poèrme d'André Chénier, il est mort sur l'échafaud lui aussi.. Triste période
Répondre
R
Pas marrante, sa vie, quand même..! :(
Répondre
Z
Dans mes recherches pour ce prénom du mercredi, j'avais relu ce magnifique poème d'André Chénier. Mais aussi, la dernière lettre de cette Reine de France, condamnée à perdre la tête, adressée à Madame Élisabeth, la sœur de Louis Capet. Je m'en suis d'ailleurs inspirée pour concocter un acrostiche pour cette récré. Heure de parution 12heures. Bises et bon mercredi ensoleillé Églantine.
Répondre
J
Bonjour élève Eglantine-Lilas... Je découvre cet auteur et son poème... On ne choisit pas son berceau, Marie-Antoine quoi courte fut sa vie l'a eut belle tout de même... comparée au peuple qui... et on connait malheureusement la suite ! Sois la bienvenue à la cour de récré, MERCI à toi, bises de m'dame JB ;-)
Répondre