Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le chant du cygne

Cygnes au blanc plumage, au port majestueux, 
Est-il vrai, dites-moi, qu'un chant harmonieux, 
De vos jours écoulés rompant le long silence, 
Lorsque va se briser votre frêle existence, 
Comme un cri de bonheur s'élève vers les cieux ?

Quand sous votre aile, un soir, votre long col se ploie 
Pour le dernier sommeil... d'où vous vient cette joie ? 
De vos jours rien ne rompt l'indolente douceur : 
Lorsque tout va finir, cet hymne de bonheur, 
Comme à des cœurs brisés, quel penser vous l'envoie ?

Ô cygnes de nos lacs ! votre destin est doux ; 
De votre sort heureux chacun serait jaloux. 
Vous voguez lentement de l'une à l'autre rive, 
Vous suivez les détours de l'onde fugitive : 
Que ne puis-je en ces flots m'élancer avec vous !

Moi, sous l'ardent soleil, je demeure au rivage... 
Pour vous, l'onde s'entr'ouvre et vous livre passage ; 
Votre col gracieux, dans les eaux se plongeant, 
Fait jaillir sur le lac mille perles d'argent 
Qui laissent leur rosée à votre blanc plumage ;

Et les saules pleureurs, ondoyants, agités, 
— Alors que vous passez, par le flot emportés — 
D'un rameau caressant, doucement vous effleurent 
Sur votre aile qui fuit quelques feuilles demeurent, 
Ainsi qu'un souvenir d'amis qu'on a quittés.

Puis le soir, abordant à la rive odorante 
Où fleurit à l'écart le muguet ou la menthe, 
Sur un lit de gazon vous reposez, bercés 
Par la brise des nuits, par les bruits cadencés 
Des saules, des roseaux , de l'onde murmurante.

Oh ! pourquoi donc chanter un chant mélodieux 
Quand s'arrête le cours de vos jours trop heureux ? 
Pleurez plutôt, pleurez vos nuits au doux silence, 
Les étoiles, les fleurs, votre fraîche existence ; 
Pourquoi fêter la mort ?... vous êtes toujours deux !

C'est à nous de chanter quand vient l'heure suprême, 
Nous, tristes pèlerins, dont la jeunesse même 
Ne sait pas découvrir un verdoyant sentier, 
Dont le bonheur s'effeuille ainsi que l'églantier ; 
Nous, si tôt oubliés de l'ami qui nous aime !

C'est à nous de garder pour un jour à venir, 
Tristes comme un adieu, doux comme un souvenir, 
Des trésors d'harmonie inconnus à la terre, 
Qui ne s'exhaleront qu'à notre heure dernière. 
Pour qui souffre ici-bas, il est doux de mourir !

Ô cygnes ! laissez donc ce cri de délivrance 
À nos cœurs oppressés de muette souffrance ; 
La vie est un chemin où l'on cache ses pleurs... 
Celui qui les comprend est plus loin, est ailleurs. 
À nous les chants !... la mort, n'est-ce pas l'espérance ?

Sophie d'Arbouville (1810-1850). Recueil : Poésies et nouvelles (1840).

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

pimprenelle 14/11/2017 15:03

Tu rigoles ou quoi ?!
Si tu savais tout ce que je ne fais pas ... surtout en temps et heure !
Allez, je ne t'enverrai pas de soleil du ciel mais celui de mon cœur, oui.
Bisous Eglantine

Solange 06/11/2017 21:31

C'est une belle découverte merci.

Eglantine 14/11/2017 12:34

j'ai découvert l'auteur en même temps que le poème !

dimdamdom59 04/11/2017 23:06

Ce poème est majestueux, merci de le partager avec nous.
Bisous.
Domi.

Eglantine 14/11/2017 12:35

un partage fait avec grand plaisir ! bisous

marizou 04/11/2017 15:06

Il est vrai que les cygnes sont gracieux, mais leur regard est méchant.

Eglantine 14/11/2017 12:36

je n'ean ai jamais approché de vraiment près !

jazzy57 04/11/2017 09:03

Tres bon choix de poème pour ce défi des croqueurs de mots .
Je ne sais plus si je te l'ai déjà dit mais j'ai beaucoup aimé le voyage de la cruche dans "Voyage" .
Bon week - end
Bisous

Eglantine 14/11/2017 12:38

sourire :-) merci infiniment pour la " cruche" :-) comme souvent j'écris d'un jet sans trop de méditation et ensuite je me suis demandé si ce n'était pas trop farfelu !!! ton message me rassure comme m'a rassuré Quichottine lorsque je lui ai transmis
bisous

pimprenelle 03/11/2017 09:33

Coucou Eglantine,
Hier, je ne pouvais pas faire partir les commentaires et pas que chez toi, du coup j'ai fini par abandonner.
Je te disais, je crois, que ce poème, je le découvre, qu'il est d'une grande beauté et qu'il me parle.
J'en suis toujours dans "le coin des enfants". C'est incroyable comme ils savent dire les choses. Mon numéro un petit-fils m'a créé un conte il avait huit ans.
Je suis "encore" au jardin ! Oui, malgré le temps. Le pire c'est que je suis frileuse et que je m'y trouve bien ! va chercher un peu mon mental.
Fais une belle et bonne journée.
Je crois bien que tu vas nous faire un beau texte pur le défi.
Amitiés.

Eglantine 14/11/2017 12:44

coucou! l'avantage du livre c'est qu'on peut picorer par ci par là, revenir en arrière :-) Les enfants te font rentrer dans un monde merveilleux ...notre imaginaire au fil des années se chargent de trop de préoccupations !
Je t'envie de pouvoir "aller" encore au jardin....moi je n'y vais que dans mes souvenirs. J'adore quand tu décris certains faits de ta vie, ton jardin , aller au lait , tes contes et tes rencontres ...c'est si précieux tout ça ! je 'embrasse et pardon de ne pas avoir répondu à ton mail ....je ne l'oubli pas :-)

Rebecca G. 02/11/2017 21:59

Très joli poème!! <3 Bisous mère-grand.

Eglantine 14/11/2017 12:45

heureuse qu'il te plaise bises

colettedc 02/11/2017 15:19

Ah ! Je ne peux qu'approuver ton choix, Monique, nous avons fait le même !!! Bonne et belle poursuite de ce jeudi ! Bisous♥

Eglantine 14/11/2017 12:45

sourire ! alors effectivement on ne peut qu'approuver réciproquement !
bisous

Renée 02/11/2017 15:06

quelle magnifique découverte que ce poème, merci beaucoup la lecture fut enchanteresse. Bises

Eglantine 14/11/2017 12:46

il me reste encore beaucoup d'auteur à découvrir ! belle fin de journée bises

manou 02/11/2017 14:36

Je ne connaissais pas ce poème et je le découvre grâce à toi...Il est très beau et je crois n'avoir jamais lu un poème de cet auteur, connue seulement de nom. Mais je crois qu'elle écrivait aussi des nouvelles et il me semble en avoir étudié une...je ne te dirai pas laquelle :) Bisous et un bel après-midi

Eglantine 14/11/2017 12:48

je ne connaissais pas non plus l'auteur ...ni le poeme ! le jeudi en poésie est un bon support pour avoir envie de partir à la découverte :-)
bisous

LADY MARIANNE 02/11/2017 13:34

je connaissais de nom cette poétesse-
un très beau poème pour ce thème !
bises-

Eglantine 14/11/2017 12:48

perso je l'ai découverte pour ce jeudi !
bisous

Quichottine 02/11/2017 09:36

Je découvre ce poème grâce à toi.
Merci, Églantine. Il est superbe !
Gros bisous et douce journée.

Eglantine 14/11/2017 12:49

grace aux jeudis en poésie j'élargis mes recherches !
bonne fin de journée
je t'embrasse

ZAZA 02/11/2017 08:54

Tu as choisi un superbe poème que j'ai découvert ce matin chez un autre blogueur. Merci M'me Églantine.
Bises et bon jeudi

Eglantine 14/11/2017 12:50

suivant les thèmes certains poemes se retrouvent ici ou là :-)

bises à toi

jill bill 02/11/2017 08:14

Le chant du cygne, expression connue, réaliser une dernière chose tenue à coeur avant de partir... sans regret ni remord, pourvu que la mort ne nous surprenne pas, en traitre... bon jeudi bonne-maman, merci, bises

Eglantine 14/11/2017 12:51

Le chant du cygne annonce je crois la fin ....alors qu'il vienne bien plus tard :-)
bisous