Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'ingratitude et l'injustice des hommes envers la fortune

Le jeudi en poésie des Croqueurs de Mots. 

Jill part en virée avec le moussaillons.

JOLI VOILIER PRES CAPITAINE ................
Un trafiquant sur mer, par bonheur, s'enrichit.
Il triompha des vents pendant plus d'un voyage :
Gouffre, banc, ni rocher, n'exigea de péage
D'aucun de ses ballots ; le Sort l'en affranchit.
Sur tous ses compagnons Atropos et Neptune
Recueillirent leur droit, tandis que la Fortune
Prenait soin d'amener son marchand à bon port.
Facteurs, associés, chacun lui fut fidèle.
Il vendit son tabac, son sucre, sa canelle,
Ce qu'il voulut, sa porcelaine encore :
Le luxe et la folie enflèrent son trésor ;
Bref, il plut dans son escarcelle.
On ne parlait chez lui que par doubles ducats ;
Et mon homme d'avoir chiens, chevaux et carrosses :
Ses jours de jeûne étaient des noces.
Un sien ami, voyant ces somptueux repas,
Lui dit : « Et d'où vient donc un si bon ordinaire ?
– Et d'où me viendrait-il que de mon savoir-faire ?
Je n'en dois rien qu'à moi, qu'à mes soins, qu'au talent
De risquer à propos, et bien placer l'argent. »
Le profit lui semblant une fort douce chose,
Il risqua de nouveau le gain qu'il avait fait ;
Mais rien, pour cette fois, ne lui vint à souhait.
Son imprudence en fut la cause :
Un vaisseau mal frété périt au premier vent ;
Un autre, mal pourvu des armes nécessaires,
Fut enlevé par les corsaires ;
Un troisième au port arrivant,
Rien n'eut cours ni débit : le luxe et la folie
N'étaient plus tels qu'auparavant.
Enfin ses facteurs le trompant,
Et lui-même ayant fait grand fracas, chère lie,
Mis beaucoup en plaisirs, en bâtiments beaucoup,
Il devint pauvre tout d'un coup.
Son ami, le voyant en mauvais équipage,
Lui dit : « D'où vient cela ? – De la fortune, hélas !
– Consolez-vous, dit l'autre ; et s'il ne lui plaît pas
Que vous soyez heureux, tout au moins soyez sage. »
Je ne sais s'il crut ce conseil ;
Mais je sais que chacun impute, en cas pareil,
Son bonheur à son industrie ;
Et, si de quelque échec notre faute est suivie,
Nous disons injures au Sort.
Chose n'est ici plus commune.
Le bien, nous le faisons ; le mal, c'est la Fortune :
On a toujours raison, le Destin toujours tort.
 

et de vos commentaires à toutes. 

Le poème étant de La Fontaine ...à sa source je bois avec plaisir !  

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
I
Merci Eglantine pour cette jolie et bien juste fable de La Fontaine !
Répondre
R
C'est bien juste alors pourquoi dis-t-on une fable?....Bisoussss
Répondre
Q
Je ne me souvenais plus de cette fable... c'est une bonne idée que de l'avoir choisie.
Tout est si vrai !
Bisous et douce journée.
Répondre
L
Chère Eglantine, transmission de pensée entre Jeanne Fadosi et toi ... m'étonne pas ! Et moi je ne connaissais pas cette fable, ou alors je ne m'en souvenais pas. Merci beaucoup, gros bisous.
Répondre
M
Une fable pleine de bon sens ! A méditer.
Répondre
P
Hum … pour une fois je relis et je vois qu'il manque un "e" à entendu.
Si seulement je faisais un peu plus attention !
Bon week-end
Répondre
P
Et toc, comment lutter contre La Fontaine ? Très bon choix.
Dire que je me bats contre la petite phrase : j'ai pas de chance !
Combien de fois l'ai-je entendu. Aussi cela dépend des gens de l'entourage qui te la fourrent dans la tête.

Bisous Eglantine.
Répondre
M
Une belle fable pour illustrer l'injustice :) Elle est si vraie encore ! Merci de nous la rappeler...bisous
Répondre
C
Un très, très bon choix, Monique, qur cette fable ! Pas de doute : je l'avais choisie dans un premier temps et ensuite j'ai fait un autre choix ! Bonne fin de soirée ! Bises♥
Répondre
J
Une belle fable que j'ai lu aussi chez Jeanne , très bon choix Eglantine
Bonne soirée
Bisous
Répondre
M
Je l'ai lu chez Jeanne Fadosi ce matin. Alos que nous attribuons nos réussites à nos actions nous atgribuons trop souvent nos malheurs à la malchanche injuste ce qui nous empêche de faire notre auto-critique et d'en tirer des leçons. Bisous
Répondre
J
Bonjour bonne-maman, oui lu chez une autre aminaute ce matin, rejouer n'est pas gagner et chacun doit se le tenir en tête, avant de tout perdre, merci aussi, bises, jill
Répondre
Z
Joli rappel de cette fable de Jean de La Fontaine... Merci Églantine. Bises et bon jeudi
Répondre
N
Ah ! La belle fable !
Merci.
Répondre
E
Les fables sont toujours belles :-) pour la réalité il en va autrement...