Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La nuit d'octobre

Pour ce jeudi en poésie,
et de mémoire, Anne vous propose ce poème.

 

Le coup dont tu te plains t’a préservé peut-être

Enfant, car c’est par là que ton cœur s’est ouvert.

L’homme est un apprenti, la douleur est son maître

Et nul ne se connaît tant qu’il n’a pas souffert.

C’est une dure loi, mais une loi suprême

Vieille comme le monde et la fatalité,

Qu’il nous faut du malheur recevoir le baptême,

Et qu’à ce triste prix tout doit être acheté.

La moisson pour mûrir a besoin de rosée ;

Pour vivre et pour grandir l’homme a besoin de pleurs.

La joie a pour symbole une plante brisée

Humide encore de pluie et couverte de fleurs.

Ne te disais-tu pas guéri de ta folie,

N’es-tu pas jeune heureux partout le bienvenu ?

Et ces plaisirs légers qui font aimer la vie,

Si tu n’avais pleuré, quel cas en ferais-tu ?

Lorsqu’au déclin du jour, assis sur la bruyère

Avec un vieil ami tu bois en liberté,

Dis -moi, lèverais-tu d’aussi bon cœur ton verre,

Si tu n’avais senti le prix de la gaieté ?

Comprendrais-tu des cieux l’ineffable harmonie,

Le silence des nuits, le murmure des flots,

Si quelque part, là-bas, la fièvre et l’insomnie

Ne t’avaient fait songer à l’éternel repos ?

 

Alfred de Musset

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Que de souvenirs... bravo je ne l'ai jamais apprise par coeur !
Répondre
M
C'est toujours agréable de lire une poésie au détour d'un blog.... Je ne connaissais pas celle-ci, voilà chose faite,je me coucherai moins bête!
Merci!
Répondre
M
Merci de revisiter les grands classiques comme le printemps de Théophile Gautier, précédemment, Anne.
Ma bruyère est trop fraiche pour que m'y pose dessus mais je vois les premières hampes de jonquilles qui s'élèvent, les premières feuilles de primevères et les camélias qui pointent leurs jolis boutons ! patience !
Bisous
Répondre
M
Quel beau poème ! Celui-là je ne m'en souvenais pas du tout pourtant j'en ai appris quelques vers, j'en suis certaine. Bisous et merci à Anne pour sa participation et à toi aussi bien entendu pour ce partage
Répondre
Q
Bravo, Anne.
Les "nuits" de Musset sont toujours très longues, celle-ci aussi mais ce que tu en as retenu me plaît bien.
J'avoue que je n'en ai appris que quelques lignes aussi.

https://www.atramenta.net/lire/la-nuit-doctobre/1207/1#oeuvre_page
Répondre
J
Un poème qui a accompagné toute ma jeunesse, je ne connais que les 4 derniers vers. Je vais apprendre les autres. :-)
Répondre
C
Bravo Anne ! C'est un très beau poème ! Bonne poursuite de cette soirée !
Répondre
A
Ma sœur m’a appris ce poème alors qu’ elle était au collège et moi en primaire. Il s’est gravé dans ma mémoire et m’a toujours été d’une grande utilité.
Répondre
A
Un poème qui fait réfléchir.
Merci
Répondre
E
Anne je te décernes un "bravo plus"... c'est un très beau poème mais pas facile à retenir !
Répondre
R
C'est magnifique. Bises Eglantine
Répondre
A
Merci pour Musset, un de mes textes préférés en littérature est "la mort du loup"...
C'est un bonheur de lire tous ces beaux textes sur les différents blogs.
Répondre
N
Du grand Musset !
Bizzz
Répondre
J
bravo quelle mémoire je me souviens du début de la nuit de mai mais pas au point de l'écrire de tête
comme dit Annick on révise le Lagarde et Michard !
bisous Églantine
Répondre
M
J'aime Musset mais je ne la connaissais pas. Bisous
Répondre
P
Je ne me souviens pas du tout de ce poème. Du coup, Anne, tu m'as fait réfléchir, une fois de plus, au cours de ma vie !
Et tu m'as fait revenir en arrière sur le blog !
Que ta journée soit douce.
Répondre
M
Bonjour, une suoperbe poésie merci pour le partage bisous et bonne journée MTH
Répondre
J
Je ne me souviens pas l'avoir même lu un jour, merci...
Répondre
Z
Un très beau poème de Musset que j'avais complètement oublié. Bravo Anne.
Bises et bon jeudi
Répondre