Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Comedia del Arte

 

Participation d'Anne au défi proposé par Lenaïg:
Inventer un titre de livre puis en écrire la présentation : qui en est l'auteur, de quoi parle-t-il, proposer un extrait, libre à chacun(e) de présenter son livre à sa façon en tâchant de ne pas faire trop long.
 
Comedia del Arte ou Comédie de la viepar Angèle Claire
 
Après avoir publié un recueil de poésie, Angèle Claire s’est lancée dans l’écriture d’un roman ayant pour thème le combat d’une femme politique dans les années 90. L’œuvre est présentée sous la forme d’un pamphlet servi par un style imagé. Elle trouvera écho chez tout lecteur épris de Comédie et de littérature.
La politique a plongé cette femme écrivain dans un univers étrange où elle s’est trouvée submergée par les images et les émotions. La voilà transportée dans un monde où chaque personnage lui apparaît dans toute sa vérité et toute sa vanité.
Pour nous faire partager sa révolte elle décrit, interprète, interpelle faisant preuve d’un sens aigu de l’observation. Elle entrouvre pour nous les portes du microcosme politique, nous invitant entre autres à participer au déroulement des séances de préparation aux conseils municipaux.
“ A l’abri des murs du château, derrière les hautes portes laquées, sous les lustres somptueux aux cristaux réfractant lumière, idées, idéaux, mots et pensées, se joue jour après jour le ballet des hommes sans visage et sans âme. Ils inventent leurs dieux, fabriquent leurs mythes, écrivent leur histoire et érigent en dogmes leurs propres lois. “
Ses outils littéraires sont essentiellement l’appel au rêve, la poésie et les nombreuses descriptions qui nous font pénétrer dans un monde fantasmagorique.
« Masques que l’on ôte ! Masques que l’on met !
Illusion d’un soir ou réalité !
Masques d’imposture ou de vérité !
Faux visages de carton et de papier,
N’êtes-vous de la vie que le reflet ? “
Voici l’adjoint « Polichinelle se dandinant bosse devant, bosse derrière ! Air matois, bon enfant, fouineur, tricheur, menteur, exécutant les plus basses besognes. Toujours sous influence de plus puissant que lui, il est la cheville ouvrière de toute intrigue visant à écarter, éliminer, exécuter confrères et consœurs en disgrâce . Polichinelle dansant pour faire oublier ses bosses...».
Voici le maire « Pantalon, trônant dans son fauteuil d’apparat, rendu prétentieux par la suprématie du poste qu’il  occupe et son désir inassouvi de pouvoir. Sous son masque de vieillard de Comédie et son aspect débonnaire il cache un grand mépris pour ses semblables... »
Voici les conseillères municipales : « Femmes lunes, transparentes, aux âges incertains, portant aux chevilles, des chaînes invisibles ; femmes poissons au regard perdu dans le lointain ... »
 
 Laissez- vous emporter par Angèle Claire qui « Au volant de sa voiture blanche remonte la route conduisant à l’arrière-pays méditerranéen encore écrasé de soleil à cette heure avancée de la journée. Elle s’engage dans la rue des Moulins... »
 
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
J'ai un jour écrit un poème, c'est fou comme en te lisant j'y vois des similitudes.
Voici ce poème, tu me diras ce que tu en penses ...

Comme chaque nuit

Je me connecte au bal des mots dits.

En tout honneur tout bien

Je n’ai pour seul camouflage mon masque vénitien

Me voici exposée au clair de lune

Devant une armée de plumes

Premier mensonge

Auquel je songe

Dissimuler leur visage

Afin de déguiser leur âge

Derrière un ciel pailleté

Elles cachent d’immondes secrets

Vous passe de la crème

Vous disant au combien elles vous aiment

Point de place

Pour faire la grimace

Il vous faut jouer la comédie

Ou on vous répudie

Embaumer des maux

Celer des mots

S’unir dans cette triste farandole

Jouer un rôle

Jusqu’à l’usure

Laissant tomber l’armure

Assez de rire jaune

Et de me plier sous l’aune

Je suis unique

Et reste pudique

Au diable cette hypocrisie

Qui sent l’argile moisie!!!

-dimdamdom-

Bisous.
Répondre
A
Tu me poses une colle. Je vais essayer de te répondre. En lisant à travers les lignes, je vois des similitudes dans la façon d’exprimer des sentiments comme le doute, la déception, le rejet. J’y vois l’envie de prendre de la distance pour démystifier, tourner en dérision ce qui dérange et quoi de mieux, pour ne pas avoir besoin de l’exprimer ouvertement, que d’évoquer les masques, la comédie. C’est aussi en quelque sorte une façon de se moquer de soi-même. Et puis il y a le rêve qui nous implique moins que la réalité que nous cherchons à fuir. Ton poème me touche beaucoup.
J
Excellente présentation de ce livre dont le sujet m'attire. Je signe de suite pour cette " Comedia del Arte "
Bises
Répondre
A
Merci Jazzy. Bonne soirée
J
Poétique et réaliste, une tragicomédie, un livre à offrir à Noël je m'empresse de la commander Anne
bravo et bises
Répondre
A
Trop gentille ! Mais il n’existe qu’en pointillés. Bises y
D
c'est très bien fait, la présentation et l'extrait.
Et belle idée de présenter ces personnages sous la forme d'une comédie. Bises
Répondre
A
Merci. Bises
P
Le sourire, le rire font passer beaucoup de choses. Tu t'es amusée, tu m'as amusée et c'est tant mieux. Tout cela est si sérieux et a prendre au sérieux !
Oui, une femme voit les choses autrement et il lui faut une force incroyable pour arriver à ses fins en politique (mais peut-être pas que).
Bonne journée Anne
Répondre
A
Heureusement qu’il n’y a pas que la politique pour se rendre utile. La vie est d’une telle richesse et nous les femmes nous avons tant à faire !
Bonne journée à toi aussi
M
Après cette présentation alléchante et tellement poétique, on attend de le lire en vrai ce bouquin :) Le sujet est tentant et mérite d'être exploré...plus en détails. Tu nous préviens Anne quand il est publié ! bisous à toutes les deux
Répondre
A
Je ne pense pas que ce livre voie le jour. Avec le temps les choses changent. C’était juste un clin d’oeil. Bisous à toi aussi.
L
Bonsoir Anne, nous avons déjà une excellente présentation de ce roman, normal puisque le roman est lui-même sûrement excellent et mérite son titre, roman oui et pamphlet poétique d'une écrivaine par ailleurs investie dans la politique municipale. Bravo, merci beaucoup, bises.
Répondre
A
Merci Lénaïg. Mais pour que ce roman soit excellent il faudrait que son écriture demande beaucoup de travail, encore plus que pour sa présentation. Bises.
C
C'est un excellent sujet, Anne ! Bravo !!! Tout à fait bien imaginé ! Bonne soirée ! Bisous♥
Répondre
A
Je ne sais pas si tout cela est bien imaginé mais je me suis pour ma part bien amusée. Bisous à toi aussi.
G
Si ça peut m'aider à comprendre politique et politiciens, j'achète !
Répondre
A
Mon texte aide peut-être à comprendre certaines facettes de la politique. En tout cas je me suis bien amusée en l’écrivant.
F
Le combat des femmes en politique ma passionne car ce sont elles qui font bouger les choses. Les hommes politiques.si imbus de leur pouvoir sont bien décrits . Cela ferait un bon roman! Bonne soirée
Répondre
A
Un combat très inégal. Peut-être les responsabilités sont-elles mieux réparties de nos jours.
M
Le sujet de ton livre imaginaire me plaît beaucoup Anne. Si tu pouvais écrire ce livre c'est certain je le lis. Belle semaine
Répondre
A
J’en avais écrit une bonne partie mais le disque dur de mon ordinateur s’est cassé et c’est tant mieux ! Il m’en est resté quelques passages au brouillon et d’autres que j’ai réécrits de mémoire. Merci pour tes encouragements.
Z
Coucou Anne. Mais c'est excellent tout cela ! La politique est un monde tellement à part !
Bises et bon début de semaine
Répondre
A
Un monde à part comme celui de la Comedia del Arte. Merci pour ton commentaire.
M
Bonjour, et bien voilà un défi qui est bien relevé!!! la politique.... n'en parlons pas , bisous MTH
Répondre
A
Au contraire parlons-en comme on parle de la pluie et du beau temps. Mais soyons sur nos gardes. Bises
J
Bonjour Anna, ah la politique qui n'a pas que des amies, hi hi, ici on voit venir autre chose, de plus... cocasse, merci, JB
Répondre
A
« Le rire est une chose sérieuse avec laquelle il ne faut pas plaisanter. » Raymond Devos.Bises