Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L’importun

Poème d'Anne pour le jeudi
en poésie des Croqueurs de mots

 

L’importun arriva un jour, dans le jardin,
Maigre, dégingandé, pour tout dire, affamé,
Chassant de piètres proies pour assouvir sa faim,
Demeurant aux aguets sur le mur, sans succès.
Patiemment tout le jour, il attendait, blotti,
Que dans l’obscurité, sans bruit, près des buissons
Quand se cache la lune et que les chats sont gris
Circé vienne nourrir la famille hérissons.
 
Bientôt, de la maison, s’approchant un peu plus
L’importun vint quêter un peu de nourriture,
Se faisant séducteur lui le banni, l’exclus,
Attendant des humains, un signe, une ouverture.
On le laissa enfin doucement approcher.
Alors, chaque matin le trouva endormi,
Tout près de la maison, humble et pelotonné
Jusqu’au jour où l’irréparable s’accomplit.
 
Un écureuil, la nuit, par lui fut sacrifié
Chacun en fut ému, pleura, se lamenta.
On maudit l’importun. On voulut le chasser.
Lui, devant un tel drame, impassible resta.
Si bien que magiquement, la porte s’ouvrit.
Adopté, câliné, l’importun désormais
Fut le maître des lieux, mais enfermé la nuit
Pour, de notre aventurier, tout drame éviter.
 
Anne 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
une émouvant histoire contée en un beau poème? Je comprends qu'il ait su se faire pardonner mais il est plus sage de l'enfermer la nuit en effet. De toutes façons les chats aiment le confort bises
Répondre
A
J’ai, avant tout, pensé aux écureuils ! Bises à toi aussi.
P
Quand ils veulent quelque chose ils savent faire ce qu'il faut.
J'ai lu les commentaires et tes réponses. Ha oui, je comprends, on aime tellement voir les animaux qui vivent près de la maison que c'est comme si.
Saint Germain en Layes. J'y suis allée au lycée de jeunes filles. Quelle horreur ! Nous habitions Poissy.
Bonne soirée Anne
Répondre
A
Pourquoi qu’elle horreur? C’est une très belle région.
Oui les animaux savent ce qu’ils veulent et ce qui est bon pour eux. Bonne soirée Pimprenelle. Bises
R
C'est un très beau texte Anne bravo, ma foi chat qui a faim doit se nourrir si la main de l'homme ne donne....Bsious
Répondre
A
Une très belle doctrine Renée, tout à fait sage. Je ne reçois plus tes infos sur ma boîte e-mails. Est-ce normal ? Bisous
M
Quel magnifique poème Anne, bien entendu cet importun n'a laissé faire que son instinct de chasseur, on ne peut lui en vouloir :) Et maintenant il a trouvé un foyer aimant, tant pis pour le petit écureuil qu'on aimait bien :) bisous et un bon vendredi
Répondre
A
Le petit écureuil était NOTRE écureuil. Imagine le drame. Bises
C
C'est très très bon, Anne ! Bravo !
Bon vendredi !
Répondre
A
Tu es toujours aussi encourageante. Bises et bonne journée Colette
J
Un importun qui m'est bien sympathique aussi malgré ses frasques de chasseur .
Dans le jardin que j'avais c'était plutôt le contraire le chat était présent et c'est la famille hérisson qui jouait les importuns en venant subtiliser les croquettes à la barbe du seigneur des lieux .
Bravo une superbe histoire toute en poésie .
Bonne journée
Bises
Répondre
A
Mon jardin est un univers. C’est fou les aventures et les drames qui s’y passent d’autant plus qu’il est contigu à la forêt de St Germain-en-Layes. Bises
J
j'aime bien cet importun là... !
Répondre
A
Il est toujours aussi collant. Bises.
P
Bien conté et bien observé. Pas toujours facile la vie de chat. Mais il faut penser que c'est un chasseur et que la nuit ...
Bonne journée Anne
Répondre
A
Il a continué à chasser le jour, mais des souris dont il faisait don délicatement, à la chatte de la maison. Bonne journée Pimprenelle
Q
J'aime aussi beaucoup.
Bravo, Anne.
Passe une douce journée. Bisous.
Répondre
A
Merci. Douce journée à toi aussi.
E
j'aime beaucoup :-)
Répondre
E
sourire :-) Horace qui me rappelle Socrate, le chat de ma fille que nous avions parfois en pension et qui nous a quitté...une façon de le faire revivre...
A
Chacun connaît ton penchant pour les chats qui tous te rappellent Horace , l’adorable interlocuteur de M’âme Eglantine.Bisous.
G
Le matou matois ! Repenti ? Sans doute pas, c'est dans sa nature. J'ai aimé, Anne, et j'ai trouvé du "La Fontaine" à cette fable qui n'en est probablement pas une !
Répondre
E
Anne pour que cala ne perturbe plus c'est corrigé mais à mon avis il n'y a que toi qui l'a vu :-) ...
A
Il y a un vers qui me dérange dans ce poème. J’ai écrit : « Humble et pelotonné, tout près de la maison ». J’aurais dû écrire : « Tout près de la maison, humble et pelotonné» afin de respecter les rimes. La Fontaine n’aurait pas fait cela. Bises
Z
Sage solution de l'enfermer la nuit cet importun !
C'est une belle histoire Anne, bien joué...
Bises et bon jeudi
Répondre
A
Merci d’aimer ce que j’écris, avec application. Bises Zaza.
J
Merci Anne... Un sans foyer qui quémande un jour l'asile chez vous... insiste et puis... recueilli par vos bons soins... bon jeudi à toi, bises, jill
Répondre
A
Recueilli parce que, importun, surtout la nuit. Bises Jill