Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Plongeon dans un monde insolite

Poème d'Anne, pour le jeudi en poésie
des Croqueurs de mots.

Il y a des enfants, des créatures étranges
Qui cherchent à vous encercler d’ondes énigmatiques.
Ils tournent autour de vous comme volent les anges.
Leurs gestes font penser à ces rites antiques.
Ils ont trouvé refuge dans une forteresse
Et semblent tout comprendre mais regardent ailleurs.
D’où leur vient ce dénis, ces élans de tristesse ?
Pourquoi fuient-t-ils ainsi, de la vie, la chaleur ?
 
Il y a ces fantômes, créatures dites humaines,
Princesses, pour qui un jour, le temps s’est arrêté
Et que n’existe plus le bonheur et la peine.
Ces femmes-enfants, portant comme on berce un bébé,
Des peluches immenses, miroirs d’illusion.
Puis celles qui, en robes courtes, se promènent
Personnages de contes, gnomes, êtres de fiction
Et dans des bacs à sable cherchent un histoire ancienne.
 
Il y a ceux qui, comme vous et moi, s’expriment
Nous montrant à quel point la limite est fragile
De la folie aux jugements qui nous animent.
Le jeune instituteur contrastant dans l’asile,
L’étrange femme d’affaires accueillante et sûre d’elle
Tenant des propos cohérents, prête au combat.
L’autre qui menaçante, de loin vous interpelle :
« Attention vous là-bas ! Ne vous approchez pas ! »
 
Anne
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

pimprenelle 23/12/2020 23:00

Chapeau Anne. Un métier, non, je dirais un sacerdoce, difficile.
Bonne nuit.
Bisous

pimprenelle 17/12/2020 18:09

Oserai-je demander quelle activité professionnelle ? Dans la santé ?
Bonne soirée Anne.

Anne 23/12/2020 22:42

J’ai travaillé assez longtemps, dans un hôpital de jour et en antenne thérapeutique avec des enfants et des adolescents autistes, comme institutrice spécialisée. Bisous

pimprenelle 14/12/2020 16:04

Il suffit d'une plus grande fragilité, un jour, et on bascule.
Mais je me suis toujours demandé ce qu'est la folie.
Tu as su mettre des mots qui me parlent.
Bises Anne

Anne 17/12/2020 17:09

Je l’ai côtoyée au cours de ma carrière professionnelle Les enfants surtout m’ont beaucoup attendrie. Bises

manou 11/12/2020 09:57

C'est un beau poème encore une fois ! Merci à Anne de le partager ici pour notre plus grand plaisir...la limite en effet ne tient souvent qu'à un fil et tout peut basculer...Bisous

Anne 11/12/2020 14:33

En fait, j’écris pour vous. C’est votre blog qui me donne envie d’écrire, d’échanger avec vous et j’ai pu le faire grâce à la gentillesse d’Églantine. Bises Manou.

colettedc 11/12/2020 04:27

Ah ! La limite ne tient qu'à un fil, parfois !
C'est super, Anne ! Bravo !
Bonne journée,
Amitiés♥

Anne 11/12/2020 14:34

Je me demande parfois si cette limite existe vraiment. Bonne journée Colette.

Galet 10/12/2020 22:21

Décidément, j'adore ton phrasé baudelérien ! Tout comme le bien-portant est un malade qui s'ignore, le sage n'est peut-être qu'un fou derrière un masque et la sagesse une forme de folie ?

Anne 11/12/2020 15:21

Correction: « de me remémorer certains souvenirs »

Anne 11/12/2020 14:40

La comparaison est flatteuse. Merci Galet. J’essaie juste, à travers l’écrit, de remémorer certains souvenirs parce qu’en fait nous n’existons qu’à travers ce que nous avons vécu et vivons encore pour le moment ...Bises

Jacqueline 10/12/2020 18:11

Le soir en rentrant tu témoignais de ces bouleversantes rencontres.
Tu t'es battue pour les sortir de là et... tu en as sorti.
Bravo pour ce que tu as donné, bravo de ce poétique témoignage.

Anne 11/12/2020 14:44

Oui mais mes bonnes intentions ne durent qu’un moment. Cette fois là elles ont duré cinq ans ...

Josette 10/12/2020 16:53

les limites sont facétieuses et pas toujours nettes,
fou pour l'un sage pour l'autre...

Anne 11/12/2020 14:49

La sagesse fait appel à tant de qualités que cela nous laisse dans une grande incertitude quant au fait de savoir si nous l’avons acquise ou non, cette sagesse. Bisous Josette

Renée 10/12/2020 16:39

Une limite parfois qui ne se distingue pas et c'est pourquoi on bascule......Très bel écrit Anne. Bisous

Anne 11/12/2020 14:57

Ni toi, ni moi ne basculerons parce que nous aimons trop cette vie imparfaite mais irremplaçable. Bises

jazzy57 10/12/2020 14:29

La limite est fragile en effet entre folie et soit disant normalité .
Bravo Anne pour cette poésie de l'insolite
Bonne journée
Bises

Anne 11/12/2020 15:11

J’aime bien cette citation de Henri Bosco: « Ne sommes-nous pas, comme le fond des mers, peuplés de monstres insolites? » Bises Jazzy

Nina Padilha 10/12/2020 10:34

Coucou !
Cette citrouille a un faciès... diabolique !
Houlala !
Cela dit, belle poésie.
Bizzz frisquettes !

Anne 11/12/2020 15:15

Qui dit : « citrouille », dit : sorcière, balai, chat, araignées, mauvais sorts. J’ai un faible pour ce monde là. Bises Nina.