Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les maisons  

Pour le jeudi en poésie des Croqueurs de Mots,
Josette à la barre
Les vieilles maisons sont toutes voûtées,
elles sont comme des grands-mères
qui se tiennent assises, les mains sur les genoux,
parce qu'elles ont trop travaillé dans leur vie
mais les neuves sont fraîches et jolies
comme des filles à fichus
qui, ayant dansé, vont se reposer
et qui se sont mis une rose au cou.
 
Le soleil couchant brille dans les vitres,
les fumées montent dévidées
et leurs écheveaux embrouillés
tissent aux branches des noyers
de grandes toiles d'araignées.
 
Et, pendant la nuit, sur les toits,
l'heure du clocher dont les ressorts crient –et le poids descend –
s'en va vers les champs
et réveille subitement
toutes les maisons endormies.
 
Charles-Ferdinand Ramuz
né à Lausanne le 24 septembre 1878 et mort à Pully le 23 mai 1947,
    est un écrivain et poète suisse.
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Elles ont une âme les maisons de ce poète. Merci pour la découverte bises
Répondre
P
Le temps passe sur la jeunesse, quelle soit des maisons ou des demoiselles.
Un beau poème.
Bonne soirée Eglantine
Bisous
Répondre
D
quel beau poème imagé - à donner envie de relire Ramuz. Bises et merci
Répondre
J
un beau poème qui traduit si bien notre émotion devant nos anciennes maisons
gros bisous
Répondre
J
J'aime beaucoup et c'est si vrai ...
Répondre
F
C'est très joli. J'aime bien ces comparaisons.
Bise
Répondre
R
Poème et cliché sur super joli Eglantine et sans doute que cette maison n'est pas abandonnée autant qu'on peut croire. Bisous
Répondre
M
Un si beau poème, un bel hommage ... Ainsi qu'une jolie photo qui montre que la maison n'est pas tout à fait abandonnée lorsqu'un jardin cultivé l'accompagne ...
Bises du Berry
Répondre
J
Des maisons qui vivent pour notre plus grand plaisir avec ce poème que je découvre
Bonne journée
Bises
Répondre
M
Un poète que tu me fais découvrir joliment avec ce poème sur les maisons...elles ont une vie elles-aussi et pourrait raconter tellement de choses qu'heureusement elles nous laissent imaginer aussi, parfois il vaut mieux. Bisous et bon jeudi
Répondre
G
Si les maisons pouvaient raconter ce qu'elles ont vu et entendu !
Répondre
Z
Coucou Monique. Je découvre ce poète et ce poème collant parfaitement au thème de notre amie Josette. Merci et bravo.
Bises et bon jeudi
Répondre
J
Les vieilles et les jeunes... que serions-nous sans maison ! Je découvre ce poète... merci mère-grand, bises
Répondre