Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le printemps

Églantine-Lilas NALGE raconte... - " N'y allons pas par quatre chemins, Le blog  d Églantine-lilas est proprement hallucinant. D'un point de vue esthétique,  ce blog est soigné, propre et d'un goût très Extrait : Le papillon, Vincent l’Écrivain,
et les autres..
La campagne en ce mois d’avril est verdoyante bien que le printemps soit encore un peu timide. Le papillon adore butiner dans la partie fleurie du jardin, cultivée par une main experte. C’est au hasard de ses vagabondages ici et là, que fatigué il s’est posé un jour par hasard sur le rebord de la fenêtre du bureau, et qu’il a découvert l’Écrivain. Enivré par le parfum des giroflées qu’il affectionne particulièrement, la tête à l’envers, le temps de reprendre un peu ses esprits le papillon a récupéré son souffle en se posant sur cette fenêtre qui va devenir au fil du temps son observatoire. Depuis ce jour, tous les après-midi après l’heure de la sieste, il s’en vient voir cet individu qui s’affaire derrière un écran. La table de travail, recouverte de différentes feuilles de papiers, de crayons, de livres, n’amène pas à penser qu’il est un maniaque du ménage et de l’ordre.

Après avoir déserté son bureau hier en fin de journée, voici l'Ecrivain de nouveau installé à sa place, triturant d’un air distrait ce qui se trouve à portée de main, le moral ne semblant pas au beau fixe. Le papillon se met alors à voler lentement en agitant ses grandes ailes, sans toutefois s’éloigner de la fenêtre provoquant ainsi un très léger courant d’air qui finit par attirer le regard de l’Écrivain.

— Ah te voilà enfin ! 
— Quelle audace, ce n’est pas moi qui étais absent hier ! 
— Tu as raison, je ne suis pas de bonne humeur et de ce fait je suis injuste ! 
— N’en parlons plus. Un souci ? 
— Ma feuille reste blanche !
— Blanche, blanche ? Mais alors on peut tout y faire : écrire des mots, des notes de musique, dessiner…
— Oui, cependant ma tête est vide aussi de toute substance…
— Ah ! Ta promenade a-t-elle été au moins agréable hier ?
— J’ai croisé des petits lapins qui traversaient la départementale !
— Inconscients et imprudents petits lapins ! Au fait, c’est curieux cette route qui sépare les champs en grands espaces de part et d’autre…
— Comment faire pour circuler sans route …
— Certes, certes ! Sais-tu de quand date cette départementale ?
— Que nenni ! 
— Eh bien voilà de quoi t’occuper l’esprit pendant quelques jours en effectuant des recherches ! 
— Quel intérêt ?
— As-tu mieux à faire ?
— Euh…non !
— Je reviens te voir demain, tu me diras ! Avant que je ne te quitte, connais-tu l’histoire que raconte à qui veut l’entendre, une feuille blanche ? 
— Je n’en ai jamais entendu parler, ni lu quoique ce soit à ce sujet ! 
— Alors écoute ce qu’elle dit :
— J’ai atterri un jour d’orage sur un bureau sans savoir comment. Il était là hésitant, me triturant l’air absent au risque de me froisser, je craignais le pire devant son peu de motivation.  Allais-je finir en boule dans sa poubelle, sans aucun signe sur ma page blanche ? Son manque d’inspiration était évident, est-ce pour autant qu'il fallait baisser les bras ? Un arbre était-il mort pour moi pour que je finisse ainsi ?

Ce n’étaient pourtant pas les belles histoires d’amour qui manquaient, enfin belles pas toujours, mais certaines quand même, des princes qui épousent des princesses non ? Dans ce cas il pouvait s’intéresser à un scénario bien noir, de ceux qui vous donnent des frissons dès les premiers mots. S’il ne voulait pas tremper sa plume dans l’encrier, il aurait dû voir que la souris à côté du clavier s’impatientait. Que l’imprimante ronronnait de bonheur à l’idée d’éditer quelque chose, et pourtant nenni, rien ne se passait !

Il était resté un peu rétrograde et préférait ses pattes de mouches sur moi plutôt que les touches d’un clavier, pour cela j’étais d’accord, c’était beaucoup plus charnel et fusionnel ainsi. Toutefois, dans le cas présent à tout prendre, va pour l’encre d’une rotative plutôt que de rester vierge. J’allais avoir l’air de quoi, on dira à la ronde que j’étais seule responsable, que c’était ma faute, que je ne l’inspirais pas, si rien ne se dessinait. Tiens à propos de dessin, tout en méditant il aurait pu faire quelques arabesques, même pas !

La fenêtre était grande ouverte et je voyais les plantes frémirent dans le jardin pendant que je m’agaçai, le soir approchait et une bise légère s’était levée. Tout d’un coup, une rapide bourrasque pénétra dans la pièce soulevant tous les documents qui se trouvaient sur le bureau et m’emporta aux quatre vents. Tant pis pour lui, peut-être que quelqu'un me ramassera pour faire de moi un meilleur usage et me donner vie…
— Médite là-dessus Écrivain ! 
D’une pirouette légère, le papillon s’envole vers le jardin laissant Vincent perplexe.

— Ce papillon a de drôles d’idées parfois ! Si maintenant non seulement les papillons parlent mais aussi les pages blanches, que vont devenir les Écrivains ?

La journée est trop douce pour rester enfermé, Vincent décide de suivre l’exemple du papillon et d’oublier pour le moment la feuille blanche. L’échappée d’hier lui ayant fait le plus grand bien, c’est vers la partie du jardin où l’herbe invite à s’y allonger qu’il se dirige.

Pourvu que je n’en prenne pas trop souvent l’habitude !

Un court instant d’hésitation, et Vincent contemple le ciel avant de fermer les yeux en se laissant glisser dans une douce torpeur au pied d’un pommier en fleurs.

Le petit chat rouquin, nouvellement adopté, et qui batifolait avec les jeunes papillons, n’apprécie guère cette intrusion dans son domaine réservé. Quelques miaulements - aussi forts que possible pour lui -, ne dérangent pas le dormeur, il ne lui reste plus qu’à battre en retraite et aller jouer ailleurs avec  les papillons !

À suivre peut-être 😉😉😉

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

pimprenelle 27/08/2021 16:10

Non, tu triches : page 24 on trouve un peu cette histoire. Et voilà, dis tout de suite que tu n'avais pas trop envie de faire fonctionner tes méninges !!! Tu avais sans doute trop chaud. Allez viens, on sera deux ! Mais je crois que je suis devenue bien plus flemmarde que toi question écriture. Il faut absolument que je remette mes méninges en route, à tout points de vue !
Au fait, je me rends compte que j'ai fait un peu comme toi mais à l'envers. J'ai eu un conte qui parle de fées célestes et j'en ai fait un écrit pour ... quel livre au fait, les métiers improbables. Mon amie me demande, il y a une quinzaine des ressortir mes fées célestes. Donc, il va falloir que je me remette au travail. Cette nuit, je me suis demandée si je n'allais pas m'amuser à faire une histoire avec les deux.
Ouf, il faut que je sorte du jardin, sinon, entre le jour dans le jardin et la nuit dans le conte ... je suis "foutue".
En tous cas, j'aimerais bien que ton écrivain continue à écrire. Tu sais combien j'aime te lire même sile retard dans la lecture s'accumule.
Gros bisous Eglantine

colettedc 05/08/2021 03:40

Quel que soit l'endroit d'où il vient, ce papillon est exceptionnel. Bon, au repos, la feuille blanche, tout comme l'écrivain, et ce, pour revenir en force en pleine inspiration.
Bonne journée Monique,
Bisous♥

yannn 04/08/2021 16:02

La page blanche sous tes dires, commence à s'exprimer.
Elle pense et parle, même aux papillons.
J'adore quand tu dis le papillon recouvert d'odeurs de parfums capiteux.
Au plus la journée s'avance, au plus son ébriété s'aggrave.
Quel dur métier celui de papillon. Du coup Vincent pourrait s'enivrer de ses battements d'ailes.
Et ce pour faire virevolter ses idées, sources d'inspiration.

SUPER aussi ta manière de résoudre les devinettes photographiques, d'objets de métier.
Et avec la manière, connaissant même quelqu'un qui les utilisait.
Encore BRAVO pour ta prose, parue dans ce livret édité par Quichotine, peut être.
Bises estivales à toi. Yann

fanfan2B 04/08/2021 11:08

La page blanche , c'est la hantise de tout écrivain! Mais si elle aussi se met à réfléchir, cela va peut-être l' inspirer. Le papillon fait son possible pour lui donner des idées. ;;; On verra bien ! Bise

Galet 03/08/2021 23:13

Ainsi "l'Auteur" a commencé à apprécier son jardin et la compagnie du papillon ! Aurais-tu décidé de développer la page 24 de notre dernière anthologie ? De nouveaux "Horizons" s'ouvrent à toi, ne laisse pas la page blanche gagner !

Eglantine Lilas 04/08/2021 09:27

sourire :-) c'est après avoir écrit pour Horizons, que j'ai commencé un " auteur" bis, appelé l'écrivain .... bisous

Renée 03/08/2021 15:31

Si avec tout ce que souffle le papillon il ne trouve pas l'inspiration c'est qu'il met de la mauvaise volonté non? BRAVO. Bisous bisous

Eglantine Lilas 03/08/2021 23:02

et ce n'est qu'un début de l'investissement du papillon :-)
bonne nuit madame :-) bisous

jazzy57 03/08/2021 14:38

J'aime beaucoup ton papillon, il va booster l'écrivain qui n'aura plus qu'à se pencher sur sa page blanche, l'inspiration sera bien au rendez - vous .
Bises

Eglantine Lilas 03/08/2021 23:01

il a intérêt à le secouer l'écrivain , il ne me semble guère pour le moment décidé à se bouger !
bisous du soir
je te le redis ...j'adore ton nouveau blog !

Josette 03/08/2021 14:20

Tout comme Zaza j'ai fait un rapprochement entre le papillon et le lutin bleu de Quichottine
quel plaisir de te lire j'attends la suite
bises m'dame Églantine

Eglantine Lilas 03/08/2021 22:59

c'est marrant que vous ayez pensé la même chose avec Zaza :-) merci pour le "plaisir" c'est adorable .
bonne nuit
bisous

jill bill 03/08/2021 13:04

Eh eh... la paresse s'installe ma foi... ou la procrastination, bon mardi mère-grand, ici un temps d'automne !! Bises

Eglantine Lilas 03/08/2021 22:58

il n'y a pas de métier où un jour ou l'autre on ne sature n'est-il pas ! pour le soleil attend quelques jours et je t'en envoi un peu :-) demain il devrait pleuvoir chez nous mais la pluie sera la bienvenue
bisous

ZAZA 03/08/2021 13:02

Génial Monique ! En te lisant j'ai immédiatement pensé au lutin bleu dans le rôle du papillon et de Quichottine dans le rôle de l'écrivain..... Je suis certaine qu'il va sortir l'écrivain de sa torpeur, et vaincre ainsi le syndrome de la page blanche ! Bises et bon mardi

Eglantine Lilas 03/08/2021 22:56

sourire ! il y a effectivement de ça ! j'adore le Lutin bleu et sa maitresse ...
bisous