Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Connaissez-vous le livre,

D’Auguste Detœuf (6 août 1883 - 11 avril 1947)
Industriel et essayiste français.
" Propos de O.L. Barenton, confiseur "
 
http://www.cat-logistique.com/images/2708107704.08._AA240_SCLZZZZZZZ_.jpeg 
Personnellement j’aime bien ses propos. Pour ceux qui le découvrent, il s'agit d'un recueil de petits essais, maximes et aphorismes, écrit à la fin des années 30 par un capitaine d'industrie, Auguste Detoeuf, polytechnicien atypique. On y découvre des propos sur l’argent, l’économie politique, l’homme et ses opinions etc.
 
 Voici quelques citations ou propos :
 
 « L'honnêteté est rarement une marque d'intelligence, mais c'est toujours une preuve de bon sens.
 
Il y a des gens dont la puissance est faite de tout l’argent qu’ils ont prêté. Il y en a d’autres dont toute la force est l’argent qu’ils doivent.
 
Le pourboire est un facultatif catégorique ; on a le droit de ne pas donner de pourboire ; on n'en a pas la liberté.
 
Le pourboire se donne aux salariés insuffisamment rémunérés : les postiers, les garçons de café et d’hôtel, les chauffeurs de taxi et (à l’étranger) les hommes politiques.
 
Aide-toi, l'État ne t'aidera pas.
 
Ce qui rend fausses beaucoup de théories économiques, c'est qu'elles sont fondées sur l'hypothèse que l'homme est raisonnable.
 
Il n'y a de bonne politique que celle du juste milieu. Le difficile n'est que de savoir où il est.
 
Il ne faut jamais oublier de prévoir l’imprévu.
 
             L’anglais est un praticien qui n’a pas de théories ;
            L’allemand un théoricien qui applique ses théories ;
            Le français un théoricien qui ne les applique pas.
            C’est ce qu’on appelle, chez nous, avoir du bon sens.
 
            L'Américain classe les hommes par leur argent.
            Le Français, par leurs numéros d'ordre dans les examens.
            Le Chinois aussi.
 
            Méfiez-vous de l'homme qui parle pour ne rien dire. Ou il est stupide et vous perdrez votre temps, ou il est très fort et vous perdrez votre argent ».
 
Et bien d’autres encore…
 
Edition de 1982. Seditas.
(Ste d’éditions et de diffusion Tambourinaire Sofradel)
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
<br /> <br /> Voila un homme qui ne manquait pas de ..... Bon Sens !<br /> <br /> <br /> Gros bisous Eglantine<br /> <br /> <br /> Michel<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> <br /> Je découvrix mais que de véritix !!! bisous<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
N
<br /> <br /> une découverte pour moi<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
P
<br /> <br /> Il y a du bon sens ici aussi !<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
B
<br /> <br /> Un mine de tésors à creuser .<br /> <br /> <br /> Merci mère-grand pour l'information<br /> <br /> <br /> Bises et bon WE<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
N
<br /> <br /> Excellent. Une plume à découvrir !<br /> Merci et bisou<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre