Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L’histoire de la polenta

 

de chataignes  c’est une affaire sérieuse et pas de paresseux !

 

P1020479.JPG

 

 

 

Il s’agit tout d’abord de trouver une bonne farine de châtaigne  et non pas de la celle coupée avec de la blanche, mais non pas de la cocaïne, tout simplement de la farine blanche de blé.


Pour que cette farine soit bonne faut-il encore qu’elle soit  fabriquée selon de vieilles traditions artisanales. Des jours durant, les châtaignes posées sur des clayettes sont grillées et séchées au feu de bois. Une fois séchées, les petits ânes du coin, à moins que maintenant ce ne soit plutôt les teufs-teufs, les mènent au moulin pour les décortiquer et les réduire en farine.

 

Une fois qu’on a de la bonne farine, il faut un chaudron, un tamis,   un ustensile en bois solide, genre bâton pour remuer, de la force dans les bras et de la patience, la polenta se cuit lentement !

 

Les proportions : le double d’eau que de quantité de farine, soit 500 g de farine = 1 litre d’eau et une pincée de sel.

 

Pendant que votre eau chauffe dans le chaudron avec la pincée de sel, tamiser la farine afin d’éviter tout grumeau.  

 

P1020462.JPG

 

 

Porter à ébullition puis y verser la farine peu à peu en remuant. Faire cuire  doucement 30 minutes en remuant vigoureusement avec le baton de bois, jamais de métal ça blesserait la farine.

 

P1020467.JPG

 


Retirer le chaudron du feu et ramasser la polenta en la tassant au centre de la casserole en une boule.  Remettre un instant sur le feu, le temps qu'il y est un jet de vapeur.

Renverser d'un seul coup le tout dans un torchon blanc saupoudré de la farine restante.

 


P1020477.JPG


Recouvrir d'un autre torchon pendant 5 minutes puis couper la boule en tranches à l'aide d'un fil à coudre, tout l’art consistant à l’enrouler autour du petit doigt afin qu’il soit bien solide dans la main.

P1020480.JPG

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous n’aurez pas bien entendu oublié le broccio et le fagatelli. La cheminée étant allumé par un bon feu de bois, doucement vous aurez fait griller cette charcuterie  en ayant soin de ramasser sur des tranches de pain chaque goutte précieuse qui s’en écoule.

 

 

 

P1020484.JPG

 

 

P1020487.JPG

 

Il ne vous reste qu’à déguster et savourer le tout.

 

 

P1020488.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et quand la fête est finie il ne reste que ça....

 

P1020490.JPG

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

clio48 17/01/2012 15:24


J'en ai mangé de la vraie de vraie en Corse ; ce que c'est bon !!!!!


Merci , Eglantine , pour ces souvenirs précieux .


Bises et bonne journée .

Nina Padilha 17/01/2012 12:25


Miam !
Les immigrés italiens, au Brésil, ont de la polenta de maïs.
Un vrai délice, ça aussi !

pimprenelle 17/01/2012 10:39


Je veux bien goûter, mais à condition que tu prépares !


Bonne journée Eglantine.

libre necessite 17/01/2012 10:28


Ah oui çà je le sens bien. Merci pour tous ces détails. Bises Dan

jill-bill.over-blog.com 17/01/2012 09:37


Ouh la la... Soudain j'ai la flamme euh la flemme !  Qué travail cette Pole en tas !!!  Je compte sur toi pour m'en faire sans m'en faire !  Merci m'dame ! Bizzzzzz