Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Souvenir d'enfance

     Défi 245, thème proposé par Fanfan
"Souvenirs, attention danger . A partir d'une photo, ou d'un objet,  d'une odeur , d'un lieu ,racontez- nous en quelques lignes , un souvenir  bon, gai , ou triste, ou une anecdote de de votre enfance , que cela a réveillé en vous "
C'est donc avec une "remontée" d'article, que je participe.

Corté Crédit photo :
Loïc Colonna. P
ubliée avec l'aimable autorisation de l'artiste.

      Les reportages de télévision sur la neige, quel que soit le lieu,  me ramènent inexorablement dans les années 1945/1946, juste à l’après-guerre. Il en est toujours à peu près ainsi lorsque je vois des gens bloqués sur les routes ou des montagnes enneigées. Chaque fois ma mémoire fait un grand retour en arrière et se souvient.
       Le petit village corse ou je vivais alors avec mes parents, était situé à neuf kilomètres de la ville principale où nous allions faire les achats. A presque mille mètres d’altitude, les hivers y étaient rigoureux. Lors des chutes importantes de neige, je revois mon père avec une grande pelle déblayer l’accès à la maison, faire un chemin au milieu de cette couche blanche afin que nous puissions circuler. Je revois mes parents se déplacer avec peine dans la neige, ne serait que pour aller chercher des bûches dans l’appentis au fond du jardin pendant que je restais bien au chaud dans la maison.
     J’avais à l’époque dix ans environ, et ce jour-là j’accompagnais ma mère à Corté pour y faire des achats. Le froid était vif, cependant la matinée ensoleillée. Nous avions emprunté le car qui reliait les différents villages voisins, sans autre inquiétude. Le ciel s’était couvert  au fur et à mesure que la journée s’avançait jusqu'à prendre cette couleur blanc/gris, feutrant même les bruits de la ville tellement il devenait bas et lourd.
 
    Après avoir fait un dernier tour chez les différents commerçants pour prendre les paquets que ma mère avait fait préparer, principalement de la nourriture, c’est avec une certaine hâte que nous avons rejoint le bureau  sur le cours principal, devant lequel devait partir le car, il était environ dix-sept heures-trente et la nuit était déjà là.
     Le chauffeur du car ne semblait pas très optimiste, quelques flocons de neige commençant à tomber et c’est avec énervement qu’il attendait les retardataires. Il n’y avait qu’un passage le matin dans un sens et l’autre pour le retour et ceux qui avaient voyagé le matin n’avaient que cet horaire pour rentrer chez eux.
     Enfin le car se mit en marche pendant que la neige tombait de plus en plus drue. La route de montagne commençait à être de moins en moins praticable. Le véhicule s’arrêta, repartit, crachota et finit pas s’arrêter à moins de trois kilomètres du point de départ. L’agitation se fit bouillonnante parmi les voyageurs.
     Fallait-il essayer de continuer ? Rebrousser chemin avec le car ? Mais dans ce cas ou loger et aucun moyen de communication pour avertir les familles. Le chauffeur lui trancha, laissant chacun à son propre choix, après tout il n’était pas commandant d’un navire, et décida de laisser le car sur place, et de revenir à la ville.
      Ma mère pris la décision de continuer la route à pied, inquiète pour sa fille et pour son mari. Certains voyageurs firent comme elle, d’autres rebroussèrent chemin . Au fur et à mesure de la marche le groupe s’étirait, les plus vaillants marchant devant. Je me revois dans la nuit seule avec ma mère qui s’était dépouillée de tout ce qu’elle pouvait en vêtement pour me protéger, portée par son courage et son acharnement à me ramener à la maison,  avançant péniblement dans une couche de neige qui devenait de plus en plus dense.
      Combien de temps dura ce voyage, je ne saurais le dire pas plus d’ailleurs que notre arrivée à la maison après avoir retrouvé mon père parti sur la route,  très inquiet de ne pas voir le car arriver. J’arrivais pour ma part saine et sauve, maman s’alita pour un temps très long, trop long et dont elle ne se remit jamais tout à fait.
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jeanne Fadosi 28/02/2021 17:24

Un terrible souvenir en effet que tes mots savent nous prendre par la main pour faire ce chemin avec toi et ta maman

Quichottine 12/02/2021 13:38

Tu as bien fait de republier... Ton récit est très émouvant.
Ce sont des souvenirs qu'on n'oublie pas.
Merci pour tout.
Bisous.

Eglantine Lilas 15/02/2021 09:30

un souvenir qui ne s'efface pas doux et triste en même temps ...

Nina Padilha 12/02/2021 09:04

On ne se défait jamais de son enfance...
Bisous !

Eglantine Lilas 15/02/2021 09:30

non, jamais ...les images restent toujours en soi ...

dimdamdom59 10/02/2021 22:29

Sur mon blog, tu me parlais de mon étape de Saint Jacques de Compostelle. Oui j'ai fait une étape entre Tournai en Belgique et Reims, soit 190km en 12 jours, en 2017. Ca été pour moi une expérience exceptionnelle où j'ai appris à sortir de ma zone de confort. Dès le premier jour, j'ai eu une ampoule au pied que j'avais baptisée Sainte Mère Douleur, elle m'a accompagnée jusqu'au bout, souvent j'ai pensé abandonner mais une petite voix , qui m'a souvent guidée ces dernières années, m'a encouragée à aller jusqu'au bout. Je pense que ta maman, avait cette force en elle.

Eglantine Lilas 15/02/2021 09:31

en te lisant toute cette période a été là encore vivante ...

pimprenelle 09/02/2021 16:35

Il me semble bien que ... j'ai déjà lu ce retour dans la neige et le froid. Je voyais ta maman retirer ses vêtements pour te couvrir un peu plus. Je crois qu'elle ne pensait pas du tout à elle, qu'elle ne ressentait même pas le froid tellement elle était inquiète pour toi et qu'elle pensait à ton papa qui, lui, vous attendait.
N'empêche, j'ai relu avec émotion.
Maintenant, quand on commence à atteindre le négatif, on nous parle de froid intense !
Bisous Eglantine.

Eglantine Lilas 15/02/2021 09:32

oui tu as déjà lu bien entendu, j'ai juste réédité pratiquement tel quel ...

Durgalola 09/02/2021 15:09

Ton souvenir est si profond. Ta maman ne songant qu'à son enfant. Aujourd'hui les portables sont bien utiles. Quand je vois les files d'attente devant chez le médecin. Je pense que certains déjà malades le seront davantage. Bises

Eglantine Lilas 15/02/2021 09:34

entre le départ et l'arrivée à la maison j'ai un trou noir pour une portion de la route, mais j'entends toujours ma mère m'encourageant à avancer avec tendresse....

Josette 09/02/2021 14:04

C'est poignant ce retour on ressent de l'angoisse dès le début de ton récit.
Ton ressenti d'enfant ajoute presque de la culpabilité avec l'impression de sacrifice maternel.
du grand style dans la narration, quelle belle page .
Gros bisous M'dame Églantine

Eglantine Lilas 15/02/2021 09:37

je crois que même sans moi elle aurait continué a avancer pour ne pas inquiéter son mari mais cela aurait été plus facile pour elle ...oui le sacrifice d'une mère ! elle en faisait beaucoup pour ses enfants particulièrement en ce temps de guerre et mon père aussi d'ailleurs.

colettedc 08/02/2021 23:39

Quel triste et émouvant souvenir pour ta maman, Monique ! Tout ce que fait une mère pour son enfant, hein !!!
Bisous♥

Eglantine Lilas 15/02/2021 09:38

c'est un souvenir chaud au coeur et en même temps très triste oui.

luciole 83 08/02/2021 17:02

Très émue, Eglantine... Un magnifique souvenir écrit avec bcp de sincérité et de simplicité, ce qui en fait sa richesse ! L'émotion sous jacente vibre à chaque pas accompli dans la neige... J'ai bien connu ces déboires avec une voiture plantée dans les chemins enneigés des Hauts des Vosges où nous allions tous les soirs en pleine hiver "faire des conférences sur les abeilles" et vendre notre miel et ses dérivés.... Se retrouver à 2 h du matin pris dans la tourmente, avec la voiture bloquée, c'est extrêmement paniquant ! Il fallait prendre la pelle et dégager au plus vite avant d'attraper la crève ! et le refaire tout au long du chemin, en espérant que la neige ne soit pas gelée, car alors, nous y restions et tant pis pour nous !
Comme j'ai suivi avec intérêt ton superbe récit, racontant le courage et la trempe d'une mère en cas de graves dangers... C'est très rassurant et réconfortant de sentir à quel point une mère peut en arriver là !!!! Merci Eglantine et très bonne soirée toute douce au chaud ! Gros bisous

Eglantine Lilas 15/02/2021 09:41

Ce qui m'a aidé dans la vie c'est l'amour que j'ai reçu et y compris de mes deux sœurs, mes ainées. Il y a eut des moments difficiles sur le chemin, mais ce que j'ai reçu est un bon baton pour m'aider à avancer...

fanfan2B 08/02/2021 16:55

J'ai oublié de répondre à ta question: je pense que ma mère a jeté la sauce tomate. BISE

Eglantine Lilas 15/02/2021 09:41

sourire ! j'ai bien pensé !

Anne 08/02/2021 15:43

À peu près au même âge que toi je prenais parfois le car, avec ma mère pour descendre du Tampon à St Pierre de La Réunion Nous allions nous aussi faire des courses. Quels beaux souvenirs il m’en reste ! Quelles grandes dames furent nos mères !

Eglantine Lilas 15/02/2021 09:42

oui tu as raison des grandes dames :-) qu'on n'oublie pas malgré le temps qui passe.

Renée 08/02/2021 15:30

il me semble que tu avais déja parlé de ce souvenir néanmoins il reste poignant car c'est un souvenir douloureux quand même. Vous étiez bien courageuses...Ou inconscientes? Bisous douce semaine

Eglantine Lilas 15/02/2021 09:43

tu sais que je suis paresseuse parfois :-) alors oui je l'avais déjà publié .

ZAZA 08/02/2021 14:21

Magnifique narration Monique, et tu parles d'une aventure ... Je connais Corté et les montagnes alentour, que j'ai pratiquées en familles pendant des vacances pascales. Assez déroutant de se baigner le matin sur Porto Vecchio et de faire une bagarre de boules de neige dans ces montagnes, en ayant croisé des cochon sauvage !
Bises et bon début de semaine

Eglantine Lilas 15/02/2021 09:45

la route entre Corté et notre village a bien été aménagé et on a coupé quelques virages mais à l'époque elle n'était pas terrible !

ZAZA 08/02/2021 14:21

Magnifique narration Monique, et tu parles d'une aventure ... Je connais Corté et les montagnes alentour, que j'ai pratiquées en familles pendant des vacances pascales. Assez déroutant de se baigner le matin sur Porto Vecchio et de faire une bagarre de boules de neige dans ces montagnes, en ayant croisé des cochon sauvage !
Bises et bon début de semaine

manou 08/02/2021 11:48

Je relis ton article déjà lu avec plaisir si je puis dire car bien entendu il est non seulement émouvant mais une belle preuve d'amour maternel. Les hivers étaient rudes en ce temps là et forcément en altitude, le froid était encore plus présent. Bisous et une douce journée

Eglantine Lilas 15/02/2021 09:47

Je ne sais si c'est une vérité mais effectivement il me semble que les hivers étaient bien plus rudes, quant au moyens pour se déplacer pratiquement inexistants !

fanfan2B 08/02/2021 11:17

Quelle angoisse de marcher la nuit dans la neige et le froid. Les mamans sont prêtes à tout pour sauver leurs enfants .
Cela me rappelle un souvenir presque similaire;Je rentrais sous la neige d'un village où je faisais la classe. J'avais fait tout le tour par la côte orientale pour remonter sur Corté où j'habitais à l'époque. Mais à Francardo (donc à 15 km de Corté,impossible d'avancer. Mais le car est arrivé de Bastia ,il a mis des chaînes et il a ramassé tous les naufragés de la route .Nous sommes péniblement arrivés à Corté à 21 heures. J'ai raccompagné une vieille dame complètement affolée chez elle , et j'ai encore fait 1 km pour arriver chez moi(j'habitais vers la gare en bas de la ville ) ;mon mari était complètement affolé ; c'était en 73 ,une année où il avait beaucoup neigé ,un 13 mars! J'ai bien aimé ton souvenir . Bise

Eglantine Lilas 15/02/2021 09:51

je vois très bien la route Francardo/ Corté que je prenais par la suite lorsque nous allions à Bastia :-). En fait de Casanova à Corté, 9 km à l'époque (et moins longue depuis qu'elle a été aménagée) se faisait pour aller faire des courses à la ville ...mais par beau temps ! il y a longtemps que je ne fais plus cette distance à pied.

Martine Martin 08/02/2021 11:11

J'ai lu ton texte si bien écrit avec beaucoup de plaisir. La fin, le sacrifice d'une maman m'a beaucoup émue. Bisous

Eglantine Lilas 16/02/2021 16:30

c'est pour moi, un beau et triste souvenir en même temps :-)

ABC 08/02/2021 10:16

Triste souvenir d'un amour maternel plus fort que les rigueurs de l'hiver !

Eglantine Lilas 16/02/2021 16:32

ça fait longtemps maintenant et le souvenir est toujours vivant comme si c'était hier ! je revois aussi mon père venu à notre rencontre dans la plus grande inquiétude...

jazzy57 08/02/2021 09:55

Un souvenir tres émouvant Eglantine , une marque d'amour qu'on ne peut oublier en effet .
J'ai beaucoup aimé ton texte
Bonne journée
Bises

Eglantine Lilas 16/02/2021 16:35

j'ai eu une famille très aimante et des parents qui pensaient d'abord à nous avant de penser à eux...si jamais un jour ils ont pensé à eux d'ailleurs ! mais je ne veux pas parler de sacrifice parce que ce qu'ils faisaient ils ne ressentaient pas ainsi...

Marie des vignes 08/02/2021 09:18

Bonjour, un souvenir très fort où ta maman s'est sacrifiée pour que tu n'attrapes froid, c'est ça l'amour maternel. Bon lundi bisous MTH

Eglantine Lilas 16/02/2021 16:36

oui Marie un souvenir très fort, c'est pour cela que je n'ai pas écrit un autre texte !