Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le monde de la politique ou

Mouvement d’humeur en ce samedi matin
                                                        4685969906_c65383cbb1.jpg
Je comprends qu’on se batte à tous les niveaux, pour gagner des élections !
Quel rapport financier pour la personne concernée !
 
Le cas de Madame Christine Boutin dont on a tant parlé, n’est qu’un cas parmi tant d’autres. On est en période de crise ? Pas pour tout le monde semble-t-il.
 
Va-t-on enfin, un jour assainir les choses ? Peut être qu’on pourrait même financer les retraites avec tout ce qui pourrait être récupérer, qui sait ! Tiens, au passage on pourrait aussi s’interroger sur la distribution des subventions diverses et variées.
 
Qu’on ne s’étonne pas que les gens écœurés n’aient plus envie d’aller voter.
Droite ou gauche le problème existe et aucun parti n’a de leçon à donner aux autres.
 
Il n’y a pas que le bouclier fiscal en cause, il y a aussi les revenus de tous nos élus et leurs différents avantages.
 
Un bon mouvement Messieurs- Dames ! Regardez dans votre escarcelle, peut être que vous n’avez pas besoin de tout ce qui vous est attribué !
 
Et je fais finir avec un extrait d'un poème de Victor Hugo :
 
Bon appétit, messieurs ! – Ô ministres intègres !
Conseillers vertueux ! voilà votre façon
De servir, serviteurs qui pillez la maison !
Donc vous n’avez pas honte et vous choisissez l’heure,
L’heure sombre où l’Espagne agonisante pleure !
Donc vous n’avez ici pas d’autres intérêts
Que remplir votre poche et vous enfuir après !
Soyez flétris, devant votre pays qui tombe,
Fossoyeurs qui venez le voler dans sa tombe !
 
etc…..  4687060149_ae0db5b7b4.jpg
 
 
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
<br /> <br /> Une alternative autre que politique est à envisager. Mais encore faut-il la vouloir<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> explique moi ...<br /> <br /> <br /> <br />
E
<br /> <br /> Je me rends compte en lisant le dernier billet de Quichottine qu'il y a une autre Eglantine, je clique et j'arrive ici et je ne regrette pas. J'ai passé un bon moment de lecture et sur le dernier<br /> sujet je te rejoins tout à fait. Je reviendrai.<br /> <br /> <br /> Eglantine : http://quaidesrimes.over-blog.com<br /> <br /> <br /> Martine : http://www.cergyrama.com<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> Hé oui je crois que nous sommes plusieurs a avoir emprunter ce prénom...que j'aime beaucoup!<br /> <br /> <br /> merci de cette visite, je vais profiter de ce dimanche pour aller visiter tes blogs , tu en menes 2 de fronts ? Un seul m'occupe déja beaucoup comment fais tu ?<br /> <br /> <br /> Je ne suis pas une visiteuse journalière chez Quichottine mais j'y passe régulièrement avec le plus grand bonheur et il y a toujours tellement à découvrir<br /> <br /> <br /> a tres bientot...je vais te suivre maintenant à la trace <br /> <br /> <br /> <br />
J
<br /> <br /> Bonjour  Eglantine-lilas, Déjà Hugo en son temps, il ne doit passe se retourner dans sa tombe, rien n'a changé en bien depuis ses vers... Les asticots nous mettront tous d'accord ! Et<br /> encore, la fosse du pauvre, le sarcophage  du riche... le temps ne sera pas le même pour voir l'os... Quant à partager avec plyson, j'en cause à grandma, j'entends déjà son râle puissant...<br /> Bisou à toi<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> IL y a des jours ou les nouvelles ne mettent pas de bonne humeur...<br /> <br /> <br /> <br />
N
<br /> <br /> oups, on est en droit de se demander a qui servent les lois, meme si on le sait deja<br /> <br /> <br /> joli coup de gueule ce matin<br /> <br /> <br /> bon week end !!!<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> <br /> Il y a un texte de Victor Hugo que je veux mettre en ligne, un extrait des châtiments, écrit à Jersey durant son exil. Il est terriblement d'actualité Victor, l'oppression n'a pas d'âge. Le monde<br /> est ce qu'il a toujours été, la place est tenue pas les plus forts, souvent une poignée, mais le rapport s'inverse quand le peuple prend conscience que l'union fait la force.  N'oublions pas<br /> 36, cette lutte un symbole. C'est bien d'en parler. Bisous.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> 36 ? c'est une excellente année ! la preuve c'est l'année de ma naissance <br /> <br /> <br /> j'attends ton texte de victor..<br /> <br /> <br /> bisous<br /> <br /> <br /> <br />
P
<br /> <br /> Je vois que je ne suis pas la seule à bondir, à extérioriser une colère toujours à fleur, et pour cause. Chaque jour apporte son lot d'incohérences (pour moi !), mais qui démontrent seulement le<br /> noir de l'"humain". Ne pas mettre tout le monde dans la même besace, mais quand même.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
N
<br /> <br /> Magistral !<br /> Comme quoi, la merde ne change pas. Ce qui change, ce sont les mouches...<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
N
<br /> <br /> Le titre de ce poème d'Hugo, stp !<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> Dans RUY BLAS, Acte III, sc. 2<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br /> Bon appétit, messieurs<br /> <br /> <br /> [Ruy Blas, premier ministre du roi d’Espagne, surprend les conseillers du roi en train de se partager les richesses du royaume.]<br /> <br /> <br /> RUY BLAS, survenant.<br /> Bon appétit, messieurs !<br /> <br /> <br /> Tous se retournent. Silence de surprise et d'inquiétude. Ruy Blas se couvre, croise les bras, et poursuit en les regardant en face.<br /> <br /> <br />                     Ô ministres intègres !<br /> Conseillers vertueux ! Voilà votre façon<br /> De servir, serviteurs qui pillez la maison !<br /> Donc vous n'avez pas honte et vous choisissez l'heure,<br /> L'heure sombre où l'Espagne agonisante pleure !<br /> Donc vous n'avez ici pas d'autres intérêts<br /> Que remplir votre poche et vous enfuir après !<br /> Soyez flétris, devant votre pays qui tombe,<br /> Fossoyeurs qui venez le voler dans sa tombe !<br /> – Mais voyez, regardez, ayez quelque pudeur.<br /> L'Espagne et sa vertu, l'Espagne et sa grandeur,<br /> Tout s'en va. – nous avons, depuis Philippe Quatre,<br /> Perdu le Portugal, le Brésil, sans combattre ;<br /> En Alsace Brisach, Steinfort en Luxembourg ;<br /> Et toute la Comté jusqu'au dernier faubourg ;<br /> Le Roussillon, Ormuz, Goa, cinq mille lieues<br /> De côte, et Fernambouc, et les montagnes bleues !<br /> Mais voyez. – du ponant jusques à l'orient,<br /> L'Europe, qui vous hait, vous regarde en riant.<br /> Comme si votre roi n'était plus qu'un fantôme,<br /> La Hollande et l'Anglais partagent ce royaume ;<br /> Rome vous trompe ; il faut ne risquer qu'à demi<br /> Une armée en Piémont, quoique pays ami ;<br /> La Savoie et son duc sont pleins de précipices.<br /> La France pour vous prendre attend des jours propices.<br /> L'Autriche aussi vous guette. Et l'infant bavarois<br /> Se meurt, vous le savez. – quant à vos vice-rois,<br /> Médina, fou d'amour, emplit Naples d'esclandres,<br /> Vaudémont vend Milan, Leganez perd les Flandres.<br /> Quel remède à cela ? – l'État est indigent,<br /> L'état est épuisé de troupes et d'argent ;<br /> Nous avons sur la mer, où Dieu met ses colères,<br /> Perdu trois cents vaisseaux, sans compter les galères.<br /> Et vous osez ! ... – messieurs, en vingt ans, songez-y,<br /> Le peuple, – j'en ai fait le compte, et c'est ainsi ! –<br /> Portant sa charge énorme et sous laquelle il ploie,<br /> Pour vous, pour vos plaisirs, pour vos filles de joie,<br /> Le peuple misérable, et qu'on pressure encor,<br /> A sué quatre cent trente millions d'or !<br /> Et ce n'est pas assez ! Et vous voulez, mes maîtres ! ... –<br /> Ah ! J'ai honte pour vous ! – au dedans, routiers, reîtres,1<br /> Vont battant le pays et brûlant la moisson.<br /> L'escopette est braquée au coin de tout buisson.<br /> Comme si c'était peu de la guerre des princes,<br /> Guerre entre les couvents, guerre entre les provinces,<br /> Tous voulant dévorer leur voisin éperdu,<br /> Morsures d'affamés sur un vaisseau perdu !<br /> Notre église en ruine est pleine de couleuvres ;<br /> L'herbe y croît. Quant aux grands, des aïeux, mais pas d'oeuvres.<br /> Tout se fait par intrigue et rien par loyauté.<br /> L'Espagne est un égout où vient l'impureté<br /> De toute nation. – tout seigneur à ses gages<br /> À cent coupe-jarrets qui parlent cent langages.<br /> Génois, sardes, flamands, Babel est dans Madrid.<br /> L'alguazil 2, dur au pauvre, au riche s'attendrit.<br /> La nuit on assassine, et chacun crie: à l'aide !<br /> – Hier on m'a volé, moi, près du pont de Tolède ! –<br /> La moitié de Madrid pille l'autre moitié.<br /> Tous les juges vendus. Pas un soldat payé.<br /> Anciens vainqueurs du monde, Espagnols que nous sommes.<br /> Quelle armée avons-nous ? À peine six mille hommes,<br /> Qui vont pieds nus. Des gueux, des juifs, des montagnards,<br /> S'habillant d'une loque et s'armant de poignards.<br /> Aussi d'un régiment toute bande se double.<br /> Sitôt que la nuit tombe, il est une heure trouble<br /> Où le soldat douteux se transforme en larron.<br /> Matalobos 3 a plus de troupes qu'un baron.<br /> Un voleur fait chez lui la guerre au roi d'Espagne.<br /> Hélas ! Les paysans qui sont dans la campagne<br /> Insultent en passant la voiture du roi.<br /> Et lui, votre seigneur, plein de deuil et d'effroi,<br /> Seul, dans l'Escurial 4, avec les morts qu'il foule,<br /> Courbe son front pensif sur qui l'empire croule !<br /> – Voilà ! – l'Europe, hélas ! Écrase du talon<br /> Ce pays qui fut pourpre et n'est plus que haillon.<br /> L'état s'est ruiné dans ce siècle funeste,<br /> Et vous vous disputez à qui prendra le reste !<br /> Ce grand peuple espagnol aux membres énervés,<br /> Qui s'est couché dans l'ombre et sur qui vous vivez,<br /> Expire dans cet antre où son sort se termine,<br /> Triste comme un lion mangé par la vermine !<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> <br /> Je reprends le clavier car je viens de lire encore une nouvelles qui me fait "bondir" et qui est parfaitement dans le sens de ton article ...<br /> <br /> <br /> http://www.lepost.fr/article/2010/06/11/2109333_double-remuneration-apres-boutin-une-longue-liste-de-cumulards.html#xtor=EPR-275-[NL_732]-20100612-[politique]<br /> <br /> <br /> Il est notamment écrit :"qui cumule une petite partie de sa retraite parlementaire avec..." Franchement on nous prend pour des ânes ou quoi ?....<br /> <br /> <br /> Une PETITE PARTIE. !!!!!!!<br /> <br /> <br /> Bonjour Madame, pour ma retraite, vous m'en donnerez pour 30% cette année.<br /> <br /> <br /> ................... !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! GGGGrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> je t'accompagne dans la colère ! greuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> <br /> Bravo Eglantine !<br /> <br /> <br /> Le malheur, je crois, c'est que ces gens n'ont plus la notion du BON SENS.... On prépare des lois pour serrer la vis .... de ceux qui se serre déjà la ceinture.... mais on on se garde bien de<br /> changer  sa façon de "vivre" ... Pire, tout est bon pour cumuler, engranger,.... Le poême de Victor HUGO edy -hélas-plus que jamais d'actualité. J'avais récemment écrit 2 articles :<br /> <br /> <br /> http://www.bonnefoy-michel.com/article-ministres-reduction-du-train-de-vie-rejete-51388320.html <br /> <br /> <br /> http://www.bonnefoy-michel.com/article-retraite-des-parlementaires-51277180.html<br /> <br /> <br /> Je suis aussi très pessimiste .....<br /> <br /> <br /> Bon Week-end<br /> <br /> <br /> Bises<br /> <br /> <br /> Michel<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
R
<br /> <br /> Bonjour Eglantine<br /> <br /> <br /> Heureusement que l'on ne connaît pas tous les abus commis par les politiques, il y aurait de quoi couvrir les trous de la Sécu, des retraite.<br /> <br /> <br /> Hélas je suis pessimiste et ça ne va pas s'arranger.<br /> <br /> <br /> Bon Week-end quand même<br /> <br /> <br /> Amicalement<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> il est vrai que parfois il vaudrait mieux de ne pas savoir mais certaines sont révoltantes<br /> <br /> <br /> amitiés<br /> <br /> <br /> <br />