Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Marchands ambulants.

 

4332496787_491ef19645.jpg

 

Le vacancier qui a quitté sa ville, cherchant le calme et le repos, et qui décide de faire un séjour pour la première fois dans un petit village, a de quoi être surpris quand un klaxon bruyant et insistant, le réveille parfois aux aurores. Aurores ? Du moins pour lui. Le chant du coq il savait, mais non seulement un klaxon se fait entendre, mais parfois plusieurs, échelonnés dans la matinée.

 

Ceci me ramène à bien des années en arrière, lorsque dans mon petit « village » de Corse ou la maigre épicerie ne pouvait subvenir aux besoins des habitants (mais qui restaient un lieu d’échanges), les marchands ambulants arrivaient plus ou moins tôt, suivant leurs tournées.

 

Le boulanger était le premier, il arrivait de la ville voisine, avec son bon pain, la torta le dimanche  et parfois luxe suprême, les croissants et le quotidien. Un concurrent arrivait plus tard, il avait son quota d’acheteurs chacun ayant une préférence pour un pain ou l’autre.

 


 3886711613_bbba81b0d5.jpg

 

Venait ensuite le boucher, trois fois par semaine. Jovial, après son klaxon c’était sa voix qui portait jusque dans la campagne, il avait l’art du compliment, ses dames n’y étaient pas insensibles, du moins certaines.

 

Un peu « voleur» sur les bords, pendant qu’il mettait la viande bien enveloppée sur  la balance d’un geste rapide, le petit doigt appuyait sur le plateau pour faire pencher l’aiguille…de son coté. Personne n’était dupe, on rouspétait un peu, il rajoutait un petit quelque chose ou enlevait au prix quelques centimes (ils étaient différents de ceux d’aujourd’hui, petite pièce trouée en son centre…) et l’affaire était dans le sac jusqu’à la prochaine fois.

 

Le marchand de fruits et légumes avait moins de succès, chacun ayant son petit lopin de terre. L’hiver lui était plus favorable pour ses ventes, le village étant en moyenne altitude, les productions locales étaient réduites.

 

Nous étions à l’après guerre et lorsque la voiture avec vêtements et linge de maison arrivait c’était l’effervescence dans le village. On n’y faisait pas forcément des « affaires » mais le marchand se débrouillait pour en donner l’impression et puis ça évitait de courir à la ville.

 

Ces camionnettes qui allaient de village en village étaient un lieu particulier de rencontres. C’était avant tout les femmes qui faisaient les achats, parfois un mari ou un frère venait échanger deux mots. Se faisait-on belle pour aller sur la place du village ou les voitures s’arrêtaient ?  J’avoue ne plus trop me souvenir mais je suppose que oui, c’était la sortie du jour. Ces attroupements donnaient vie au village.

On y discutait des uns et des autres, on commentait les dernières nouvelles et puis surtout on y passait un moment de détente.

 

D’autres commerçants devaient venir, mais ma mémoire me fait un peu défaut, mais je me souviens de ces grands camions hauts avec des barrières à claires voies, rempli de petits cochons noirs et blancs qui faisaient un vacarme terrible avec leurs grognements. Ils passaient  je crois au moins d’octobre et si c’est petits cochons étaient tout mignons on les choisissait surtout pour la qualité de leur chair et pour régaler les uns et les autres au moment de faire la charcuterie.

 

529837456_da9f42115b.jpg

 

D’un bruit de klaxon me voici partie bien loin dans les souvenirs, souvenirs d’autant plus vivaces que le mois d’août ramène beaucoup de monde dans le petit village ou se perpétue le passage des commerces ambulants.

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

nicole passions 07/08/2010 12:59



un bien joli blog que je découvre...si tu veux tu peux jouer chez moi et gagner une poupée en linge de maison
Belle journée



Parisianne 05/08/2010 21:45



Je me souviens aussi des marchands qui passaient dans le village de mes grands-parents dans l'Oise, le mardi le boucher, le jeudi le poisson, nous avions la chance d'avoir une boulangerie.
Aujourd'hui plus aucun de ces marchands de saveurs ne passe par chez nous, les grandes surfaces autour ont remplacé le plaisir et la convivialité sur la place de l'église.


Merci de partager ces souvenirs.


Bonne soirée


Grosses bises


Anne



Michel (Le billet de Michel) 05/08/2010 11:45



Et bien, j'ai ausi connu cela, mais version dans le camion...


Avec un Oncle, en tournée dans la règion de Vorey-sur-Arzon, (Haute-Loire) petit camion épicerie.. C'était une bon moment ...


Merci pour raviver des souvenirs Eglantine


Et Bisous


Michel



Eglantine-Lilas 05/08/2010 12:02



ça été la surprise de ma petite fille dans le village, en entendant les gens klaxonner avec insistance qui m'a ramenée un peu en arrière oh juste un peu ! et à mon age on ne compte plus les
ans..


bizz



Nat 05/08/2010 11:30



ça aussi je me souviens


mes vacances en auvergne dans un petit trou perdu


ou les "marchands" passaient le matin pour nous livrer le pain


enfant, j'aimais courir au devant de lui


ado, je laissais vonlontier maman y aller


lol



Eglantine-Lilas 05/08/2010 12:14



il en reste encore et c'est tant mieux..c'est vrai que c'était le salon ou l'on causait...


les absents y étaient parfois habillés...mais chacun a tour de role !



Un Marseillais au Vietnam 05/08/2010 09:34



C'est marrant ici au vietnam, il y a plein de petit metier comme cela même certain qu'on ne soupeçonne même pas!!


D'ailleurs je vais faire un article dessus bientôt, vous allez voir que l'an 2000 sur la planête, c'est pas de partout, ici on est encore au début du 20éme siécles...


A PLUS !!  


 


 



Eglantine-Lilas 05/08/2010 12:30



je viendrais lire !  mets moi un message


il y a certainement de belles découvertes à faire



Tricôtine 05/08/2010 01:11



J'ai connu ça pendant les vacances à la campagne.... dans mon jeune temps !!! le klaxon te fais faire de beaux et longs articles, alors je viens te faire des pouët pouët à 1h10 ... c'est pas trop
tôt ??  bizzzoux Eglantine, juste un passage en trombe pour ce soir encore !!!



Eglantine-Lilas 05/08/2010 12:35



heureusement qu'ils passent encore dans les campagnes


tes vacances c'est pour quand ???


BIZZZ



Anne d'AMICO 04/08/2010 23:25



Nostalgie, quand tu nous tiens....


Bisous


Anne



lapinbleu2 04/08/2010 21:28



 AnNiVeRsAiRe SuR tOn BlOg.... ****


                   Pour
cela, laisse moi ta dàte d'anniversaire, celles de tes enfants, petits enfants, époux, épouse.. Et aussi ta date d'anniversaire de mariage en commentaire sur mon blog avec bien sùr ton adresse de
blog.... Tout cela si tu le souhaites bien sùr..


                       Je
m'occupe du reste.. Hi.. Hi.. Hi.. Tu le regretteras pas.. C'est vraiment marrant.. Et trés convivial..
                  Je compte sur toi pour faire
passer le message si ça te derrange pas..Et que tes contacts fassent la mème chose s'ils
le peuvent....                  Voici l'adresse de mon blog
: http://lapinbleu2.vefblog.net


 


              A diffuser parmi tes contacts, famille,
amis et connaissances si tu peux, mème sils n'ont pas de blog.... Ils pourront au moins lire l'histoire du jour pour bien commencer la journée.... Merci !!!! ****



Eglantine-Lilas 05/08/2010 12:11



Lapin bleu ce n'est pas rigolo ! j'ai voulu mettre un commentaire chez toi je n'ai pas pu !


l'a pas voulu Eglantine et pourtant c'est bien moi, pas ma faute s'il y en a d'autres ! moi je suis Eglantine-Lilas...tout en fleurs comme tu vois !


pour l'anni tu peux commencer aujourd hui avec Sylvie !


a bientot je vais refaire une autre tentative...



val 04/08/2010 20:40



et bien moi je prefere ces leiux ou l'on entned le chant du coq le matin et ou le camion ambulant vient une fois par semaine!


un petit coucou ...


désolé de ne pas etre presente en ce moment..les journees sont trop courte! lol



jill bill 04/08/2010 17:13



Bonjour Eglantoine-lilas, quel chouette billet souvenir que le tien! J'ai connu dans mon enfance le triporteur à pains, la cariole du brasseur avec son vieux cheval, le marchand de poissons, le
rémouleur, le marchand de glaces maison, le ramasseur de peaux de lapin et vieux chiffons...... De nos jours plus grand chose de tout cela... Les gens ont des voitures et les villes leurs super
marchés.... J'ai eu plaisir à te lire... sympa, merci à toi... Sur ton chemin de campagne y du monde... et du beau en rose et noir...  Bisous bisous



pimprenelle 04/08/2010 17:05



Ici, les commerçants passent toujours. Il y en a moins qu'avant. Mais les coutumes étant différentes, ils viennent jusqu'à la porte de chaque maison. Le marchand de fruits, légumes et fromages
arrive vers 21h, donc il ne nous réveille pas, mais l'hiver, il faut ressortir et brrr... Mais, il faut les faire travailler, lorsqu'on habite loin de la ville, il faut penser au fait de ne pas
pouvoir se déplacer, pour une raison ou pour une autre. Les anciens sont bien contents de pouvoir faire leurs courses sans avoir recours aux uns ou aux autres



Tit'Anik 04/08/2010 16:06



J'ai connu cela à Castellar 06, petit village en cul de sac, perché au dessus de Menton


Merci pour ce partage


Bisous



Nina 04/08/2010 14:02



Oh oui ! En te lisant, je me suis rappelée les marchands de mon enfance...
J'ai le souvenir de poissons encore frétillants qu'apportait le poissonnier, à l'aube, en provenance directe de la criée qui avait eu lieu tout près de là...
Il y avait le rémouleur aussi. Le vitrier...